Concours : Livre Fashion mais pas victime à gagner (épilogue Zéro déchet)

En prélude à la conférence de Bea Johnson sur sa vie Zéro déchet à Pully, une journaliste de Terre et Nature m'a sollicitée pour quelques astuces Zéro-déchet à la vaudoise. En préparation à cet interview, j'ai relu le livre Zéro déchet et j'ai eu un regain de motivation à vider mes armoires pour ne garder que l'essentiel.

Article Terre&Nature du 26.11.2015
Article Terre&Nature du 26.11.2015

Constatation 1 : même après avoir lu le livre de Mme Johnson l'an passé, je remarque que c'est un travail sur la durée que de vivre sans cumuler l'inutile : flacon de parfum offert par Monsieur21 il y a 10 ans et que je n'ai jamais osé jeter (non pas qu'il pue - le parfum donc, pas Monsieur21 - mais je ne me parfume que rarement), échantillons de crème et shampoing bio, pantalons taille 36 alors que je suis en train de migrer vers du 40 avec résignation (c'est psychologique : pour une femme, un pantalon 36 dans l'armoire, ça donne un objectif pour l'été suivant... ou le suivant du suivant), verres ou tasses rigolotes achetées il y a des siècles et qui traînent au fond de l'armoire, livres divers qu'on ne relira jamais et qui prennent la poussière sur l'étagère...

Constatation 2 : faire place nette en se désencombrant de l'inutile, cela fait un bien fou ! De plus, certains objets en parfait état retrouveront preneur par la vente d'occasion ou par un don apprécié en cette période de Noël.

Constatation 3 : se désencombrer chez soi, c'est bien ; ne pas encombrer les autres, c'est mieux ! Décision prise pour l'achat de tous les cadeaux futurs : des invitations à des expériences (par ex. offrir une journée dans un lieu de divertissement, comme le labyrinthe aventure, le swiss vapeur parc, le signal de bougy etc.) ou des cadeaux "utiles" (gourdes sigg, par ex.), voire des consommables (orangettes ou savon maison dans un contenant recyclé).

Je suis loin d'avoir atteint la performance de Bea Johnson, mais l'article de Terre et Nature vous donnera quelques astuces simples à appliquer si vous souhaitez entreprendre cette démarche chez vous. Je suis certaine que vous avez également des tuyaux à donner, n'hésitez donc pas à mettre en commentaire votre conseil pour réduire ses déchets : il sera le bienvenu en ce mois de décembre propice aux achats et donc à l'encombrement (et cerise sur le gâteau, vous participerez de facto au concours ci-dessous, elle est pas belle la vie ?).

Livre "Fashion mais pas victime" à gagner

Couverture du livre Fashion mais pas victime
Couverture du livre Fashion mais pas victime

Pour vous aider à vider vos armoires d'habits intelligemment, je mets au concours un exemplaire du livre Fashion mais pas victime édité par la Fédération romande des consommateurs. Nous n'utilisons en moyenne que 20% de nos habits pendant 80% du temps semble-t-il. Ce livre ludique est un guide qui vous sera utile au quotidien pour trier, choisir et garder les vêtements qui vous siéent autant du point de vue du confort que de l'esthétique. Et si vous pratiquez déjà tout ce qui est conseillé, vous pourrez certainement le passer plus loin, en le posant comme cadeau sous un sapin écologique !

Pour participer, il vous suffit de nous faire part dans les commentaires du présent article d'une astuce originale pour réduire ses déchets, ou se désencombrer. Le 24 décembre 2015, un jury totalement partial, composé de moi-même et éventuellement de Monsieur21 s'il est encore en forme pendant notre marathon de fêtes de famille, attribuera le livre à la personne (avec une adresse suisse) qui aura délivré un conseil pratique et sympa.

Liqueur de fraises ou de citron ou de tout autre fruit

Liqueur fraise ou citron
Ma première cuvée de liqueur fraise ou citron en 2013

Recevant beaucoup d'éloges pour des liqueurs maison que je fabrique à partir de pelures ou de fruits un peu blets, je vous partage aujourd'hui la recette ultra-simple inspirée de celle de liqueur de fraises ou de citron du blog Les gourmandises d'Isa. Dégustées très frais, ces liqueurs raviront toutes les papilles.

Liqueur de fraises

Quand je pars faire la cueillette de fraises près de chez moi au printemps, je m'emporte toujours un peu et ramène facilement 3-4 kg de ces fruits délicieux mais fragiles. Même avec beaucoup de bonne volonté, et forçant tout le monde à en manger au ptit déj, ou en dessert matin-midi-soir, la Famille21 cale un peu, surtout lors de ma 3e cueillette la même semaine.

Comme je ne suis pas très confiture, j'ai trouvé un destin des plus exquis pour ces fraises qui me restent sur les bras et qui ne sont pas des plus belles : la liqueur de fraises.

Recette

Après avoir rapidement lavé, équeuté et coupé en 2 mes fraises, je les pèse, et je les immerge dans la même quantité de vodka (achetée au supermarché, env. 10.- la bouteille de 75dl). Je les laisse tranquille une quinzaine de jours à température ambiante dans un récipient fermé à prévoir assez grand.

Au bout des deux semaines de repos, je prépare un sirop en faisant chauffer du sucre avec de l'eau jusqu'à dissolution complète du sucre. Dès que le sirop est tiède, je le verse dans le récipient qui contient les fraises à la vodka. Après une journée, je filtre avec une passoire et je mets en bouteille.

Quantités

  • 750g de fraises
  • 75dl de vodka
  • 750 de sucre
  • 75dl d'eau

Liqueur de citron : le limoncello

A la même époque, j'avais également des citrons bio pour lesquels je n'utilisais que le jus. La peau partait donc au compost jusqu'à ce que je découvre la recette du limoncello qui me permet de valoriser ces pelures.

Recette

Après avoir lavé une demi-douzaine de citrons, je récolte le zeste à l'aide d'un économe dans un récipient que je remplis de vodka et que je laisse ensuite reposer fermé pendant quinze jours.

De même que pour la liqueur de fraises, je prépare le sirop et l'ajoute à la vodka une fois tiède. Par contre, j'attends une semaine avant de filtrer et mettre en bouteille.

Quantités

Pour mieux mémoriser la recette, je reste sur la même logique que la liqueur de fraises, mais vous pouvez bien sûr diminuer la quantité de sucre pour obtenir une liqueur moins douce.

  • zeste de 5-6 citrons bio
  • 75dl de vodka
  • 750g de sucre
  • 75dl d'eau

Liqueur d'autres fruits

J'ai tenté l'expérience avec des cerises et des framboises également. Ces liqueurs ont reçu un bon accueil partout où je les ai amenées.

Je jetais les fraises ou les cerises qui avaient gogé dans la vodka et qui en sortaient encore plus mal en point. Leur aspect n'a pas rebuté certains amateurs de fruits alcoolisés et c'est comme cela que j'arrive à un zéro déchet des plus commodes.

Santé !

Le littering

Le littering, c'est le fait de jeter ses déchets dans l'espace public, partout sauf dans une poubelle. Même si celle-ci est à moins de 6 pas.

Je n'aurais jamais cru que notre belle Suisse pouvait devenir victime de ce genre d'incivilités. Pire, le phénomène a frappé à notre porte : Monsieur21 en a été témoin juste sous sa fenêtre l'autre jour, lorsqu'un jeune du quartier a fait éclater des ballons de baudruche sans en rammasser les éclats.

Petit interlude introductif, saynète d'une banlieue de l'agglomération lausannoise

Monsieur21 outré : "Hééé, gamin ! T'as pas oublié quelque chose par terre là ?"

Le gamin qui s'en allait déjà : "Hein ? Aaah, euh oui m'sieur, j'r'masse toudsuite m'sieur !"

A peine dépassé le coin du bâtiment, le gosse en question lâche ses déchets par terre.

Monsieur21 par une autre fenêtre un peu plus loin : "Héééééé, GAMIN ! Tu crois que je t'ai pas vu ! Tu reprends ça tout de suite et tu mets ça dans une poubelle !"

Et voilà comment, après une jeunesse rebelle et clope-au-bec, les petits hasards de la vie font que Monsieur21 se retrouve taggé de sale con-servateur.

Les raisons du littering

Affiche de l'IGSU
Affiche de l'IGSU pour lutter contre le littering

A la première place sur le podium des causes du littering, c'est le manque d'éducation à mon avis. La phrase magique est ici : les déchets vont à la poubelle.

C'est magique parce que ça marche même à la maison, où généralement les habitants ne laissent pas traîner des déchets sur le parquet ou le carrelage, sauf si vous avez des amis qui ont le syndrome de Diogène (trouble dont l'un des symptômes est d'accumuler les déchets et la saleté chez soi), ce qui devrait être assez rare (mais pas trop rare quand même pour que cela donne assez de matière à l'émission de télé-réalité C'est du propre sur M6).

A la deuxième place, c'est le raccourci bien arrangeant "les nettoyeurs vont ramasser de toute façon". Pour ceux qui ont encore une conscience, c'est drôlement pratique, cela permet de se refaire un karma limpide le lendemain. Mieux encore : ce déchet sur le sol donne un sens au travail du personnel de nettoyage.

Fichtre, le littering est donc un acte qui flirte avec l'altruisme : concierges, techniciens de surface ! Vous pouvez arrêter de faire les rabat-joies ingrats !

En dernière position, je suppose une déconnexion entre notre environnement extérieur et nous-même, qui nous permet de se détacher et jeter. Les campagnes d'affichages de l'IGSU (communauté d'intérêt pour un monde propre) tente de rétablir cette connexion perdue par des images chocs.

L'accroissement du littering

Mise à part l'ire tout à fait justifiée de Monsieur21, il faut savoir que le phénomène prend assez d'ampleur pour que nos autorités appliquent des mesures plus ou moins ludiques. Et pourquoi cette sensibilisation citoyenne se propage-t-elle aujourd'hui ? Car le littering a un coût certain : dans les communes, sur les ~100.- consacrés au nettoyage par personne par an, 20.- reviennent au nettoyage du littering (Le littering a un coût, p. 44). Au niveau Suisse, le montant estimé avoisine les 150 millions pour les espaces publics et 50 millions pour les réseaux de transports publics.

Les conséquences du littering

Je ne sais pas pour vous, mais moi, quand je fais la touriste dans un autre pays, et qu'il sent mauvais ou qu'il est sale, ça ne me donne pas envie d'y retourner.

Et pour le pays où on habite, c'est pareil, non ? Sentiment d'insécurité ou détérioration de la qualité de vie... c'est certain, quand je vois des déchets traîner partout dans la rue, ça me démange de jouer la mégère aigrie qui sermonne la populace mal élevée...

Campagne Nourrissez les poubelles à Lausanne
Campagne Nourrissez les poubelles à Lausanne

Quelques actions contre le littering

A Lausanne, des poubelles qui rôtent ont vu le jour avec la campagne Nourrissez les poubelles !

J'ai trouvé l'idée complètement idiote jusqu'au jour où une collègue m'a révélée que ses neveux adoraient ces poubelles qui parlent et ramassaient tous les déchets aux alentours pour les nourrir...

A Gland, une campagne Gland n'est pas une poubelle a inspiré ses citoyens.

A Préverenges, le nettoyage de la Plage est le rendez-vous annuel des habitants engagés.

Et ailleurs en Suisse, l'IGSU encourage les initiatives ponctuelles et les recense en images.

Pour en savoir plus

 

Zéro déchet

Au détour d'un small-talk lors d'un souper, une amie m'a parlé d'une nana américaine qui a réussi à atteindre le zéro déchet pour sa famille (2 parents et 2 enfants). Quoi ?!? Moi qui étais déjà très satisfaite qu'on ne fasse "qu'un" sac de 35 litres par semaine pour notre ménage à 4 alors qu'on vit et travaille à la maison, ma fierté en a pris un sale coup. Et je me suis bien sûr dit que cette nana devait bouffer ses emballages, je ne voyais pas comment c'était possible autrement.

Pour enfoncer le clou, j'entends encore mon amie s'émerveiller "et en plus, elle est jolie, et sa maison est vraiment belle...". Verte de jalousie, et par un pur hasard, j'empoigne son livre Zéro déchet qui se pavane dans les nouveautés de la bibliothèque municipale de Morges, et je lis avec avidité ses bons conseils.

Ne rien jeter

Mon pain rassis et mes sacs plastiques
Mon pain rassis qui sèche et mes sacs plastiques sous un mot doux de Monsieur21

Perso, j'ai une tendance à ne rien jeter, en particulier les petits sacs plastiques car ils peuvent toujours être utiles à quelque chose. Certaines collectionnent les chaussures, ou les sacs à mains ou les petits amis. Moi, c'est les sacs plastiques soi-disant mono-usage.

Je gardais d'ailleurs un sac de 110 litres rempli de ces petites choses dans ma chambre quand j'étais célibataire. Quand nous avons emmenagé ensemble, Monsieur21 m'a défiée par un "c'est ton sac de 110l ou c'est moi, tu dois choisir !" ; j'ai pleuré à chaudes larmes lorsque le camion-poubelle est venu l'emporter (le sac de 110l donc).

En attendant de fonder l'Association des Amoureux de Sacs plastiques Anonymes, je me fais soigner par Monsieur21 qui me pose de petits mots ici et là sur mes (rares) monticules de sacs plastiques.

Je garde aussi tous les restes de pains. Quand nos Gamins21 et les canards du coin crient stop au supplice du gavage de pain rassis ou de pain perdu, je mixe ces bouts bien fin pour en faire de la panure maison (que je commence à accumuler en quantité : j'en donne donc volontiers à ceux que cela intéresse).

Zéro déchet : comment ?

Bon, la règle de base pour le zéro déchet, c'est bien sûr 1. d'avoir déjà tous les conteneurs réutilisables et lavables et 2. de trouver les fournisseurs des produits en vrac. [EDIT 2015 : erratum et mea culpa, les régles de base sont les fameux RRR. Refuser/réduire, réutiliser, recycler, et j'ajouterais réparer (dans les Repair Cafés FRC par ex.). Mais comme j'appliquais déjà ces principes au quotidien (par ex. pour les sacs plastiques), la lecture de Zéro déchet m'a poussé à l'action pour les conteneurs.]

Si 1. est assez aisé à se procurer (bocaux, tupperwares, sacs ou bouteilles en plastique réutilisables) ou se fabriquer (sacs à pain faits maison), 2. est une vraie gageure !

Sacs à pain en tissu
1 sac à miche et 1 sac à petite boulangerie

Sacs à pain

Concrètement, en regard du peu de temps et de matériel que je pensais consacrer aux conteneurs, grâce à une machine à coudre offerte par des Amis21, je me suis fait 2 sacs à pain à partir de chutes de tissu de taies d'oreiller des enfants. Ca prend vraiment que quelques minutes à fabriquer, et JE suis très contente du résultat. Le reste de la Famille21 l'est peut-être un peu moins :

  • Regard incrédule de Monsieur21 : tu vas vraiment aller à la boulangerie avec "ça" ?
  • Question innocente de Gamin21 : eh maman, le pain, il a la même taie d'oreiller que moi ! il est en train de faire dodo dedans ?!

Poudre à lave-vaisselle

Découvert dans le livre Zéro Déchet, j'aime beaucoup la poudre à lave-vaisselle maison qui remplace bien les pastilles achetées dans le commerce et qui sont généralement emballées dans un petit plastique.

Ingrédients (les 2 premiers sont trouvables en pharmacie) :

  • 800g de cristaux de soude : 4 CHF pour "1kg" ==> il s'avère en réalité qu'il n'y a que 500g dans la boîte par évaporation durant le stockage
  • 200g d'acide citrique : 1.65 (chez SunStore) à 2.50 CHF (chez Galenica) les 40g
  • 300g de sel fin de cuisine : 1 CHF le kg
J'ai collé une étiquette avec la recette de base sur la boîte
J'ai collé une étiquette avec la recette de base sur la boîte

Ma recette : 160g de cristaux de soude "séché", 80g d'acide citrique et 120g de sel. Tout mettre dans un récipient hermétique avec un clapet et bien secouer.

Coût : 1.28 CHF + 3.3 CHF + 0.12 CHF = 4.70 CHF pour 360g (15g par vaisselle)

Les avantages : un chouillat plus économique (par ex. pastilles vaisselle eocoplan  à 6 CHF pour 30 pastilles = 0.20 CHF par lavage), moins de déchets, pas de composants cachés

Les inconvénients : un fin film blanc parfois sur les gobelets en plastique, et le scepticisme de Monsieur21 qui ne l'utilise pas par peur d'empoisonnement

Détergent pour laver la vaisselle

J'ai retrouvé la recette de cette poudre à vaisselle sur un blog qui me fait découvrir une recette de liquide vaisselle pour laquelle j'avais tous les ingrédients sous la main.

Chic, je me lance donc dans sa fabrication avec un savon de marseille au parfum de Fleurs des îles, certifié 100% naturel acheté au marché.

Cette fois-ci, je suis la recette presque à la lettre, sauf pour les éléments facultatifs, et le savon de marseille qui n'est pas exempt de parfum.

  • 50 g de savon de Marseille râpé avec la râpe à rösti, c'est vraiment très facile à faire !
  • 1 cuillère à soupe de bicarbonate de soude,
  • 1 cuillère à soupe de vinaigre blanc,
  • 1 cuillère à soupe de cristaux de soude,
  • 1 litre d'eau chaude

Je suis également très satisfaite du résultat et de l'efficacité même si le savon ne mousse pas. J'ai quand même rajouté un peu d'eau lorsque j'ai mixé le tout pour le rendre un peu plus liquide.

Les avantages : pour env. 2-3CHF de matière première, j'obtiens env. 1500 ml de produit fini, et les ingrédients sont moins lourd à transporter lors des courses

Les inconvénients : Monsieur21 déteste le parfum des Fleurs des îles et pince son nez à chaque fois que je fais la vaisselle. Je cherche donc des intéressés à 800ml (voire plus) de détergent liquide maison,  à offrir contre bons soins (faites-moi un mail à madame21@famille21.ch). Ca m'apprendra, la prochaine fois, je prendrai un savon sans parfum.

Moins de déchets et de gaspillage ... en film ou en musique.

D'autres initiatives dans le même sens ont abouti sur un film et un blog aussi, comme le Clean Bin Project,  dans lequel on aperçoit des tableaux artistiques représentant les quantités de gobelets, de cure-dents et autres jetables consommés en quelques heures aux USA. Impressionnant ! J'ai découvert ce film lors du Festival du Film Vert 2013 ; l'édition 2014 de ce festival se terminant ce week-end-ci, je vous invite à en profiter avant qu'il ne soit trop tard.

Un autre film que je vous recommande est Taste the Waste (que j'ai en DVD et que je prête volontiers) ; cela me donne une folle envie de faire du Dumpster diving (déchétarisme en bon français). En attendant que Monsieur21 se fasse à l'idée de cette activité insolite, je vous invite à danser, éplucher ou manger gratuitement à la Disco-soupe de Lausanne, à la place de l'Europe, le 10 avril prochain de 15h à 19h.