Un pot de pesto d’ail des ours à gagner

Pesto à l'ail des ours
Un pot de pesto à l'ail des ours

J'ai fait un délicieux pesto maison avec l'ail des ours que j'ai récolté : j'en donne un demi-pot (environ 200g je pense, de quoi faire plusieurs fois les pâtes au pesto pour toute la famille...). Bébé21 a testé et a adoré, alors ça risque bien de plaire aux tout petits en général.

Pour gagner ce pot de pesto, merci aux intéressé(e)s de mettre un commentaire ci-dessous d'ici au dimanche 11 avril 2010 11:10 (heure suisse). Je ferai un tirage au sort avec une main innocente, et les commentaires dithyrambiques sur notre blog auront droit à 2 billets dans le chapeau. Et les commentaires avec une photo où on voit votre front (ou toute autre partie de votre corps) tatoué avec "Je suis fan de famille21.ch" en auront 10 de billets. C'est totalement arbitraire, mais la Famille21 n'a jamais prétendu être fair-play 🙂

Vos coordonnées ne seront ni diffusées, ni vendues, ni utilisées à une autre quelconque et perverse fin que celle de vous envoyer ce pot de pesto. Juré craché.

Composition : ail des ours sauvage, pignons, huile d'olive bio, parmesan (du vrai parmagiano), sel, poivre.

L’ail des ours, le retour

Ail des ours
Ail des ours

Plus efficace que le spray au poivre, plus discret que le taser (c'est un pistolet électrique) qu'Yvan Perrin a testé, il existe une arme redoutable pour éloigner toute personne indésirable dans un rayon de 5 à 10 mètres minimum : j'ai nommé l'ail des ours ! En plus c'est vert, c'est "bio", un sujet idéal pour un blog à prétention ... euh, en fait non, nous n'avons aucune prétention particulière.

Cet article marque le retour du printemps (et donc de l'ail des ours) ainsi que le mien dans la blogosphère. Ou plutôt le retour à mon blog tout court, car c'est vraiment pas sûr que j'aie manqué à la blogosphère (tant que je n'ai pas de club de fans histériques qui s'arrachent les habits en me suppliant de continuer à bloguer, je ne pécherai pas d'orgueil).

Idées de recettes

Avec le retour des beaux jours arrive l'éclosion de cette plante un peu plus populaire en Suisse allemande que sous nos latitudes romandes et qui peut s'apprêter de manières variées : en soupe onctueuse (délicieuse, la Famille21 l'a récemment testée), en salade (mélangée avec du rampon par ex. c'est succulent, même Bébé21 - pourtant méfiant envers tout ce qui est vert - en redemande), en "épinards" à la crème, en pesto (remplacer dans la recette originale le basilic et les gousses d'ail par des feuilles d'ail des ours), en chips (hiii, je vais tester ça demain) ou encore comme légume sauté, et j'en passe, car le choix de mets ne manque pas comme les nombreuses recettes sur internet en témoignent.

Avantages

Qu'a-t-elle de si extraordinaire cette herbe sauvage ? Outre ses vertus médicinales et nutritionnelles dont j'ignorais l'existence jusqu'à la rédaction de ces quelques lignes, il y a :

  • son côté résolument bobo-urbain car on la trouve presque au centre ville de Lausanne par ex. : il suffit qu'il y ait un peu de sous-bois et un frêle ruisseau pour qu'elle se répande généreusement (ma cueillette de la semaine passée s'est d'ailleurs faite pile en face de l'arrêt Unil-Sorge du M1) ;
  • sa récolte ludique et gratuite ;
  • sa présence abondante et accessible ;
  • son goût marqué (oui, bon, faut aimer l'ail, mais cuite, elle ne sent presque plus rien).

Donc l'ail des ours cumule de nombreux avantages et un seul gros inconvénient : quand c'est consommé cru, même l'amoureuse à haute tolérance olfactive que je suis ne peut supporter l'haleine de Monsieur21 tellement ça fouette. D'un autre point de vue, cela peut s'ajouter à la liste de bienfaits de cette plante étonnante : quand un membre de la famille en mange, tout le monde en prend pour "neutraliser" son odeur pestilentielle ; l'ail des ours, source insoupçonnée de cohésion familiale...

Attention danger

Un petit avertissement toutefois : il paraît qu'elle peut être confondue avec le muguet de mai ou le colchique d'automne, mais bon, faut vraiment être distrait pour se tromper, parce que l'ail des ours, je ne sais pas si j'ai été assez explicite ou pas, mais comme son nom l'indique très pudiquement, ça empeste l'ail une fois coupé ou frotté (les doigts s'imprègnent de cette odeur quand on en cueille), je dirais même que ça schlingue à tuer des mouches une fois mâché... mais moi, j'aime bien (le goût, pas l'odeur).

350 à Lausanne : la photo, les entretiens et le pot aux fraises

350 à Lausanne, le 24 oct. 2009 à la Place de l'Europe
350 à Lausanne, le 24 oct. 2009 à la Place de l'Europe. Cliquez pour voir la photo en taille originale et trouver les membres de la Famille21, nous y sommes tous 🙂

Vu les prévisions maussades annoncées pour ce samedi 24 octobre 2009, j'avais demandé aux co-organisatrices de l'action lausannoise de 350.org de brûler des pattes de lapins ou de faire une danse du ventre torride pour conjurer cette poisse qui était censée nous tomber dessus, pour rappel, à la Place de l'Europe en plein coeur de Lausanne.

Et miracle, le soleil a été au rendez-vous en cette journée internationale d'action pour le climat. Je ne sais pas à quel rituel elles se sont adonnées, mais si vous avez besoin de beau temps pour une manifestation importante, j'ai l'adresse mail de ces co-organisatrices super efficaces...

Certains sont venus parce qu'un(e) ami(e), parent(e), collègue, ou voisin(e) donnait un coup de main à l'organisation. D'autres ont entendu parler de l'action à la Radio Suisse Romande (par ex. le matin même dans l'émission Prise de terre). Toutes et tous ont été regroupés autour du 350 formé par les pots de fraisiers offerts par Lausanne Jardins et ont été immortalisés sur la photo qui témoigne de l'engagement des Lausannois et qui révèle leur "inquiétude" par rapport au réchauffement climatique.

De l'action ! Maintenant !

Non, mais, non, tous ces gens ! Là, sur la photo ! Ils disent pas : on est inquiets... Ils disent : on est là, on est venus, on s'est bougés, on a fait une action. Et on n'attend plus des promesses, on attend de l'action de la part de ceux qui nous gouvernent.

Tout se jouera en décembre à Copenhague où se déroulera le Sommet 2009 de l'ONU sur le climat. L'appel pour un ultimatum climatique est lancé ! Pensez à rejoindre les signataires pour atteindre l'objectif du million si vous adhérez au texte de l'appel.

Revue de presse du samedi 24 octobre

Entretien du pot de fraisier

Fraisier de Lausanne Jardins, puis de 350.org
Fraisier de Lausanne Jardins, puis de 350.org

Comme j'héberge deux pots de fraisiers issus de cette action, je me suis renseignée sur la façon de leur faire passer l'hiver. En résumé, il faut pour cet hiver :

  1. Couper les feuilles sèches.
  2. Laisser les pots à l'extérieur (le fraisier tient le coup jusqu'à -10°).
  3. Arroser modérément pour éviter l'excès d'eau qui risque de faire pourrir les racines.
  4. Au printemps, couper les stolons (les bébés fraisiers qui s'échappent) pour qu'ils n'épuisent pas la plante mère, sauf un seul, qu'on utilisera pour refaire une plante à part entière.

Pour en savoir plus (sur les fraisiers)

Sacs biodégradables, en plastique ou en papier : quel écobilan ?

Concours coop
Concours coop

Récemment à la Coop, j'ai remarqué à la caisse un concours permettant de gagner des séjours dans un hôtel bio. Je m'extasie sur l'existence d'hôtel "bio", puis, je fronce les sourcils sur l'argumentation du dépliant critiquant le mauvais écobilan des emballages biodégradables et faisant l'apologie des emballages traditionnels pour prolonger la fraîcheur et donc la vie des aliments à vendre.

Selon Coop, les emballages biodégradables sont mauvais pour l'environnement et la population

Voici le passage qui m'a interpelée :
"3. Pas d'emballage trompeur ?

Les nouveaux emballages biodégradables ne sont pas toujours à la hauteur de leur réputation: leur écobilan est souvent plus mauvais que celui des emballages en plastique conventionnel. A l'heure actuelle, Coop renonce donc sciemment aux emballages fabriqués avec des aliments, par exemple l'amidon de froment ou le maïs, afin de ne pas accentuer la pénurie alimentaire mondiale et faire augmenter le prix des denrées dans les pays du tiers-monde. A noter que les emballages biodégradables sont fabriqués à partir de plantes modifiées génétiquement, issues de monocultures intensives."

Selon BioApply, Coop se trompe

Pour en avoir le coeur net, je me suis adressée à BioApply, une petite entreprise locale proposant des sacs biodégradables, pour confronter leur point de vue à celui de la Coop. Je reproduis ici un extrait de notre correspondance.
BioApply : Concernant la COOP, il est vrai qu’ils ont pour l’heure toujours affiché une certaine hostilité vis-à-vis des sacs biodégradables. Malheureusement, je pense que leur motivation est plus économique et consensuelle dans le cadre du duopole Suisse de la grande distribution, Coop et Migros. Il y a quelques années, Carrefour Suisse avait adopté les sacs biodégradables mais ils ne sont plus sur le territoire. Ce qui est encore plus déplorable, c’est que les sacs en papier (notamment ceux de la COOP) présentent le plus mauvais bilan écologique, la grande distribution ne l’ignore pas. Cependant, puisque le rendu papier donne une impression “naturelle” et “écologique” auprès du public, ils demeurent très fréquents.
Moi : Je parcours avec intérêt votre FAQ. Je reste toutefois perplexe car vous n'entrez pas dans les détails de l'écobilan en absolu par rapport à ce qui concerne la production. Pourriez-vous me renseigner et peut-être contre-argumenter les points soulevés par Coop-naturaplan point 3. Pas d'emballage trompeur ?
  1. Moi : [Qu'en est-il de l'] écobilan des sacs biodégradables souvent plus mauvais que les plastiques conventionnels ?
    BioApply : Ce point n’est argumenté d’aucune étude. J’avais d’ailleurs demandé à l’époque les sources mais sans succès. Les études les plus récentes attestent du contraire.
  2. Moi : La matière première [des sacs biodégradables est l'] amidon de maïs => contribution à la pénurie alimentaire et augmentation des prix des aliments dans les pays du tiers-monde ?
    BioApply : Un argument facile mais qui n’est pas pertinent. Les sacs sont issus de l’agriculture européenne non destinée à la consommation humaine. Garantis sans OGM. Les fluctuations des cours de matières premières dont le maïs sont en corrélation avec la spéculation financière et avec la demande croissante de la classe moyenne émergente en Inde et en Chine notamment. Alors que le secteur des bioplastiques a continué de croître de +30% par an ces dernières années, les cours de matières premières ont chuté. Donc, pas voire peu de corrélation entre les cours et les bioplastiques.  Enfin, même si ce n’est pas le but recherché, si tous les sacs plastiques de la zone Euro étaient remplacés par des sacs biodégradables du jour au lendemain, cela demanderait moins de 5% de la production agricole européenne. Par la mise en place des sacs biodégradables, le but est aussi de promouvoir les sacs bio réutilisables ou les sacs payants afin de réduire drastiquement les volumes.
  3. Moi : [Les sacs biodégradables sont] à base d'OGM généralement ?

    BioApply : Les bioplastiques US sont généralement à base d’OGM, pas les nôtres.

Les dernières études sérieuses sur l'écobilan des sacs de caisse

1. sac plastique solide, 2. sac plastique à fruits/légumes, 3. sac papier, 4. sac OK compost
1. sac plastique solide, 2. sac plastique à fruits/légumes, 3. sac papier, 4. sac OK compost

Dans mon élan intrépide, je demande à BioApply de me fournir les fameuses études récentes sur la question de l'écobilan des sacs plastiques, papier, biodégradables etc. Et j'ai été servie : un rapport de plus de 40 pages avec une marche à suivre rigoureuse, et différents scénarios de réutilisation. En résumé, ce rapport contient :

  • une définition du champ d'études (quels sacs, quelles quantités de sacs pour atteindre un même objectif - transporter 9000 litres de marchandises),
  • des découpages en sous-systèmes (production des matières premières, fabrication, transport, utilisation, fin de vie),
  • des hypothèses de calcul (masse, distance de transport, etc.),
  • des résultats par critères écologiques (consommation d'énergie, d'eau, émissions de gaz à effet de serre, acidification atmosphérique, eutrophisation etc).
Bref, au bout de plusieurs dizaines de pages de tableaux de chiffres, je tourne de l'oeil, et me jette sur les tableaux récapitulatifs en espérant y dénicher LE résumé disant le sac xxx a le meilleur écobilan. Rien de tout ça. En guise de cerise sur le gâteau, ce sont 3 tableaux qui me sont offerts, comparant les différents sacs avec une utilisation du sac plastique traditionnel (utilisation kleenex, réutilisation en sac poubelle à 32%, réutilisation en sac poubelle à 65%).
Ma conclusion : l'écobilan est bon quel que soit le matériau du sac du moment qu'on s'en sert un nombre conséquent de fois (une trentaine). A part pour l'eutrophisation, l'écobilan des sacs biodégradables est un peu meilleur dans les 3 cas d'utilisation, mais ce petit peu meilleur dépend du nombre de réutilisation que vous en faites.

Et qu'en pensent les autres ?

Migros met en vente depuis 2008 des sacs plus solides en polypropylène et dit étudier l'écobilan de tous ses emballages. Chez Payot récemment, je suis tombée sur une publicité pour une offre de sacs en tissu bio. Les grands commerces semblent donc sur la bonne voie. Mais rien de tel dans les pharmacies, ou toute autre boutique où la vendeuse emballe machinalement vos achats avant que vous ayez le temps de dire "Jèp" (de : J'ai pas besoin de sac).
A moins de 3 mois d'intervalle en 2008, deux motions parlementaires ont été déposées en Suisse pour la réduction voire l'interdiction des sacs non réutilisables et non recyclés. La première motion (au Canton de Berne), comme la seconde (au niveau fédéral), a été rejetée. Mais plus que la demande en soi, c'est la réponse à ces motions qui est intéressante, notamment celle du Conseil Fédéral :
  • les sacs plastiques sont pratiquement tous réutilisables, c'est au consommateur d'agir (c'est vrai, mais ça fait pas de mal si on nous y aidait un peu des fois),
  • les sacs plastiques ne portent que peu atteinte au paysage suisse car nous avons un système d'élimination des déchets efficace (et apparemment, nous ne volons pas notre réputation de pays "propre" grâce à ses citoyens bien élevés),
  • "l'énergie libérée par la combustion de déchets est utilisée pour produire de l'électricité et de la chaleur"  et "la fumée générée par la combustion est filtrée de manière efficace: les émissions sont donc minimes",
  • il y a d'autres priorités écologiques comme l'isolation des bâtiments.

Mes conseils

  • Achetez des sacs de commission de bonne qualité réutilisables en bonne quantité ;
  • Déposez  2-3 de ces sacs dans des endroits stratégiques comme : votre habitation, votre voiture, votre lieu de travail, votre sac à main ;
  • Faites-vous plaisir et procurez-vous ces jolis sacs ou chariots à commission que vous pourrez réutiliser jusqu'à plus soif (je dis ça, mais je n'ai pas testé leur solidité et leur durée de vie) ;
  • Pensez à prévenir la caissière d'une boutique que vous ne souhaitez pas de sac : exprimez-le au moment où elle prend votre marchandise, car après, le temps que vous cherchiez votre monnaie et voilà qu'elle vous tend déjà vos achats dans un beau sac tout neuf qui va rejoindre ses petits jumeaux dans votre réserve de sacs (les vendeuses sont extrêmement prestes, j'ai tendance à l'oublier) ;
  • Gardez toujours vos petits sacs plastiques pour une n-ième reconversion : sac pour petites emplettes, sac pour transporter le pique-nique, sac poubelle ;
  • Au rayon fruits et légumes, vous pouvez utiliser un sac plastique pour mettre plusieurs fruits ou légumes différents, il suffit de peser à part d'y et coller toutes les étiquettes (et même en faisant ça, j'ai encore une bonne réserve de sacs pour nos différentes mini-poubelles) ;
  • Si vous avez un compost pas trop loin de chez vous (mais pas trop près non plus, selon le vent, ça fouette les narines), profitez pour y déposer vos sacs biodégradables ;
  • Faites attention aux sacs "fragmentables" (interdits en Suisse mais disponibles en France ou en Espagne) : ce sont des sacs en plastique traditionnel qui se désagrègent en une nuée de particules toxiques (il faut vraiment avoir un grain pour inventer un truc pareil), pour être sûr, vérifiez que votre sac comporte bien le label OK Compost ou Din Certco.

Pour en savoir plus

Bien vivre avec moins d’argent

Mon porte monnaie
Mon porte monnaie

J'ai obtenu un taux d'activité professionnelle réduit à 60% depuis le 1er septembre, youhouhou ! Et je reçois également la déduction salariale en conséquence, bouhouhou 🙁 Comment concilier petit salaire avec confort et petits plaisirs ? Je propose dans cet article de passer en revue les différents aspects et dépenses de la vie quotidienne et de partager ma façon de faire. L'objectif principal est donc bien de conserver un même niveau de vie (voire de l'améliorer) alors qu'on a moins d'argent à disposition.

Etablir un budget

Pour commencer, voici un outil que j'ai découvert il y a peu : un tableau permettant l'établissement de son budget mensuel moyen édité par l'association Dettes Conseils Suisse. Bien sûr, c'est barbant de sortir tous ses papiers pour remplir le tableau... la preuve : je procrastine depuis plusieurs mois déjà. Mais je pense que c'est salutaire, même si on vit de manière saine sans dette et avec un peu d'épargne.

Payer ses factures et ses impôts

Cela peut paraître une évidence, mais payer ses factures à temps évite les rappels et donc les frais supplémentaires. Vous pouvez :

  • Faire des ordres de paiement permanents pour toutes les factures dont le montant ne change pas (par ordre de virement LSV). Pour la plupart des émissaires (par ex. vos divers assureurs), les variations doivent vous être communiquées par écrit, il n'y a donc pas de risque de vous faire avoir par une augmentation inopinée.
  • Faire des paiements par e-banking et utiliser paynet pour les factures à montant variable. Le e-banking permet d'agender ses paiements, et donc payer le plus tard possible tout en traitant ses factures au fur et à mesure de leur arrivée dans la boîte aux lettres. Paynet est un système permettant de visualiser en ligne sa facture puis de valider celle-ci dans l'e-banking. On reçoit un e-mail nous prévenant qu'une facture paynet est arrivée, il y a peu de risque d'oublier une e-facture, sauf si vous êtes d'une grande distraction comme moi.

Payer ses impôts en avance permet d'avoir un rendement sympa à 1% alors qu'un compte courant à la BCV est rénuméré à 0.10% par ex. : alors comme j'en ai la possibilité, je paie la totalité des impôts dès que possible. Les intérêts sont rajoutés à nos acomptes de l'année suivante.

Boire, manger, et (se) nettoyer

J'ai déjà parlé des mesures d'économie possibles pour l'alimentation, pour le ménage nous utilisons des produits à diluer soi-même, et pour les soins corporels, je me suis laissée convaincre par la savonnette de Monsieur21.

Pour les sorties au restaurant, nous avons une clef lausannoise : les restaurants adhérant à ce principe offrent le repas de l'accompagnant, on mange donc en gros pour moitié prix. Pour les repas de midi, je prends des restes du repas du soir précédent dans un tupperware.

Téléphoner

Sans fil

Quelques années auparavant, je suis passée au pré-paiement mobile m-budget (celui de coop mobile prix garantie est tout à fait similaire). Excepté que je ne peux pas utiliser les MMS (mais il n'y a que Beau-Papa21 qui m'envoie des MMS de toute façon) et que le chargement en ligne ne fonctionne pas (car j'ai voulu garder mon ancien numéro), je suis assez satisfaite : la couverture du réseau est celle de Swisscom, et les prix sont raisonnables (0.10.-/sms et 0.28.-/min en Suisse).

Notre téléphone à impulsion
Notre téléphone à impulsion

A chaque nouvelle conclusion de contrat avec abonnement et à chaque réabonnement, la plupart des fournisseurs vous offre un mobile gratuit (il suffit de le demander). J'ai profité du dernier changement d'opérateur de Monsieur21 pour remplacer mon téléphone qui arrivait à bout de course. Monsieur21, au bout de la durée contractuelle de 24 mois, pourra à nouveau en obtenir un tout beau tout neuf.

Avec fil

J'ai résilié mon abonnement Swisscom depuis plusieurs années déjà pour éviter de payer le "dernier kilomètre" à 25.- alors que je consommais pour 5.- de téléphone par mois...

Pour téléphoner pas cher, j'utilisais aussi Skype Out (1.7 ct€/min sur le réseau fixe, et 29.8 ct€/min sur les mobiles). Malheureusement mes correspondants ne m'entendaient pas toujours - une mauvaise configuration de mon ordinateur probablement, et je ne pouvais pas appeler des numéros 0900.

Finalement, nous avons acheté un téléphone IP (un des moins chers chez PCtop) et pris l'option pré-paiement chez sipcall.ch (0.028.-/min sur les fixes et 0.259.-/min sur les mobiles). Il est aussi possible d'acheter un boîtier et d'y brancher tout téléphone moderne (à fréquence donc). Je regrette de n'avoir pas trouvé de solution pour utiliser mon téléphone à impulsion, mais c'est Bébé21 qui profite de cette pièce d'antiquité ma foi.

S'assurer

Caisse maladie

Avec une santé assez bonne, je me permets de changer de caisse chaque année pour avoir les primes les moins chères. Dès la diffusion des nouvelles primes le mois prochain, je vais aller sur le comparatif de Bon à savoir (cela m'enlève le doute que des sites comparatifs comme Comparis puissent toucher plusieurs millions de francs suisses grâce les assureurs) et suivre la démarche proposée pour changer de caisse.

Je prends la franchise à 2500.- (en n'oubliant pas de mettre de côté cette somme pour payer les frais médicaux de ma poche), et le système Médecin de famille affilié au réseau de médecins agréés par la caisse qui donnent des conseils par téléphone à 30.- la première minute (ou quelque chose d'aussi rhédibitoire mais bon marché, et encore j'exagère à peine).

Assurance vol

Nous avons résilié notre assurance vol (ménage). N'ayant rien de précieux aux yeux de cambrioleurs (bijoux, lingots, argents liquides), cela nous économise plus de 300.-/an.

Se déplacer

J'ai tenté le tous-les-jours-à-vélo-au-boulot avec l'action Bike to work. Heureusement, cela n'a duré qu'un mois. Dans un monde idéal, le sport c'est sain, ça met de bonne humeur et ça détend. Dans mon quotidien, j'inspire les gaz d'échappement des pendulaires de 8h et 17h, je peste contre les automobilistes nerveux, et je prends ma douche en faisant semblant de ne pas avoir été gênée de passer devant les 20 informaticiens qui travaillent dans la salle adjacente à la salle de bain au bureau (j'entends le tapotement sur leur clavier en me douchant... alors inversément, ils doivent m'entendre me savonner). Donc, le vélo, OK mais à petite dose.

Alors je fais de temps en temps du co-voiturage avec un collègue (ou plutôt, c'est lui qui me ramène grâcieusement). A la bonne franquette et de manière flexible, contrairement à l'e-covoiturage pour lequel on s'engage envers quelqu'un pour des jours et des heures relativement fixes. En alternant avec les transports publics, c'est un bon compromis.

Monsieur21, lui, a trouvé la solution la plus économique : il travaille à 4 pas. C'est la distance entre notre chambre à coucher et son bureau à la maison.

Lire

J'avais l'habitude d'aller en librairie et de ne pas pouvoir en ressortir sans quelques livres sous le bras. Il y a peu, je redécouvre la bibliothèque municipale de Lausanne où j'accède à des milliers de bouquins gratuitement. En outre, contrairement aux livres que j'achète et qui prennent la poussière sur mon étagère des "à lire" à côté de ceux "à lire absolument car à rendre à l'ami(e) X", la date de retour du bouquin m'oblige à réellement lire ce que j'emprunte. Donc, depuis que je prends des ouvrages de la bibliothèque, je lis beaucoup plus.

Jouer avec les enfants

Comme Bébé21 est déjà très occupé à ses "premières" (premiers pas, premiers mots, premières dents), je n'ai pas encore investigué pour des jeux élaborés. Toutefois, je suis tombée par hasard sur un petit livre avec plein d'idées sympas "150 façons d'être une super maman" et cela m'a rappelé les activités ludiques et passionnantes quand j'étais petite comme : teindre en bleu les oeillets en mettant de l'encre dans le vase, ou faire ressortir le relief des pièces de monnaie avec une feuille de papier et des crayons. Comme quoi, avant d'investir dans une console de poche ou de flamber l'argent en tours de manège au Lunapark, il y a de quoi faire avec peu de moyens.

Acheter et vendre

Pour les meubles ou les non-consommables, je ne jure que par les occasions. Sauf l'électro-ménager peut-être. Et l'électronique. Pour ce dernier d'ailleurs, je n'ai jamais rien jeté : étonnamment, mon PC antédiluvien a trouvé preneur (plusieurs même !) en certains papa bricoleurs pour une seconde vie comme premier PC de la benjamine de la famille. Cette anecdote illustre le propos : ce que je n'utilise plus, je 1. vends, 2. donne, ou 3. jette (dans cet ordre-là).

Je procède souvent comme suit :

Trucs et astuces divers

D'un point de vue général, vivre de manière radine(*), écolo ou décroissante contribue à garder le même train de vie mais avec d'autres habitudes. Je dirai même qu'on vit mieux, car certaines choses n'ont pas de valeur marchande (développement personnel, qualité des relations, etc.) et demandent juste de la disponibilité et du temps.

(*) C'est sur un site comme radin.ch que j'ai découvert les lingettes lavables (exit les lingettes humides jetables qui coûtent la peau des fesses - c'est le cas de le dire) qu'on peut fabriquer en découpant de vieux t-shirts à l'humour au 31e degré que Monsieur21 a reçus. Je vous conseille notamment l'article sur ce sujet traité dans l'Hebdo (à propos des nouveaux radins, pas au sujet des t-shirts de Monsieur21...).