L’équilibre Acido-Basique

Avant que Madame21 ne renomme ce blog "Madame21.ch", j'y re-consacre un peu de temps en vous proposant cet article qui me servira également de bonne excuse à mon absence des derniers mois années. En effet, après une période de plus d'un an d'intense fatigue chronique, j'ai trouvé les causes de mon mal et la solution qui va avec : mon alimentation et mon mode de vie m'ont rendu trop acide. Il fallait me basifier. Je l'ai fait et ça m'a changé la vie (et je pèse mes mots).

L'équilibre acido-basique étant un élément fondamental du bien-être de tout un chacun, je vais essayer, avec mes maigres connaissances de biologie, de vous en expliquer les tenants et aboutissants tels que je les ai compris. Amis nutritionnistes, vous m'excuserez mes raccourcis. Vos corrections sont les bienvenues.

L'équilibre acide-base dans le corps humain.

La mesure d'acidité / basicité s'appelle le pH. (Valeur bien connue des aquariophiles et des gens qui regardent les publicités pour les crèmes de visage). C'est une valeur qui va de 0 à 14. En dessous de 7, la mesure est dite acide, au dessus de 7 elle est basique.

Chaque élément du corps humain fonctionne de façon optimale à un certain niveau de pH qui lui est propre et si pour un viscère donné, les conditions de pH ne sont pas respectées, son efficacité sera alors amoindrie. Il est donc important d'avoir un pH adéquat mais heureusement, notre corps gère très bien ça.

Au fil des journées, notre équilibre acido-basique évolue de manière tout à fait normale en fonction de ce que l'on assimile et de notre activité. Ainsi nous avons une tendance à nous acidifier en journée car cela est nécessaire à une activité cérébrale soutenue. De plus, le stress et la consommation de nourriture souvent trop acidifiante viennent renforcer ce phénomène.

Durant la nuit, nous avons par contre une tendance à nous basifier car le cerveau est au repos, il n'y a plus d'apport de nourriture acidifiante et le foie, libéré des tâches nutritionnelles peut alors se concentrer sur son rôle antitoxique et aider les reins à nettoyer l'organisme de ces toxiques acides. (C'est ce qui fait que le pipi du matin est si salé concentré.)

L'acidification.

Le pH du sang se doit d'être très stable vers 7.4 sans quoi il entraine de graves troubles métaboliques. En dessous de 6.95 : coma puis mort. Au dessus de 7.7 : irritabilité, crise de convulsion, tétanie, mort. Ça ne rigole pas. Comme je l'ai déjà dit, le corps humain est bien fait et il s'applique à maintenir le pH du sang très stable grâce à une panoplie de moyens plutôt compliqués. Son moyen préféré peut se résumer ainsi : stocker les toxiques acides dans le tissu de soutien en attendant que le corps les élimine.

Le tissu de soutien, c'est la bouillie qui entoure les organes importants: 16-18 litres de jus, de fibres, de capillaires sanguins et de fibres nerveuses. Un peu de tout pour permettre une bonne respiration cellulaire, l'alimentation et l'hydratation des tissus et l'élimination des déchets.

Les deux organes principaux d'élimination des toxiques acides sont les poumons et les reins qui se partagent le travail comme suit. Les poumons s'occupent rapidement des toxiques acides faciles à éliminer tandis que les reins s'occupent lentement de ceux plus coriaces.

Donc si l'on passe sa journée dans un bureau mal aéré et sa nuit dans une chambre à coucher à l'air vicié, les poumons font moins bien leur travail, ce qui laisse d'avantage de travail aux reins pour l'élimination de ces toxiques. Les reins bossent bien mais travaillent lentement, donc s'il y a trop à faire, il faut stocker les toxiques acide dans le tissus de soutien en attendant qu'ils puissent les traiter. Si l'on maintient ce comportement sur une longue période et qu'on y rajoute un mode de vie stressant, des relations conflictuelles, des contrariétés ou une alimentation mal équilibrée, on finit par s'acidifier d'avantage que l'on ne se basifie. Au fil du temps, l'acidification du tissu de soutien a tendance à le gélifier (devenir moins fluide) et il ne pourra plus assurer son rôle de "soutien" : nourrir les organes et amasser les déchets acides. Crac : On souffrira d'Acidose chronique de faible niveau.

L'acidose Chronique de faible niveau.

Adieu chips et biscuits au beurre !

L'acidose chronique de faible niveau, (que je vais dès maintenant appeler "acidose" mais qu'il ne faut pas confondre avec l'acidose métabolique aigüe qui est un trouble grave) peut présenter les symptômes suivants :

  • Calculs rénaux
  • Maux de tête
  • Sécheresse de la peau
  • Manque d'énergie, manque d'entrain
  • Fatigabilité surtout matinale
  • Perte de l'appétit
  • Des ongles peu forts facilement cassables
  • Peau du visage grasse.
  • Mauvais haleine matinale.
  • Perturbation du sommeil entre 1 et 3 heures.
  • Tendance à s'enrhumer facilement.

Bref, on ne fonctionne pas bien. Personnellement, mon principal problème était la fatigue. Je mettais plus d'une heure à me lever le matin, toute tâche me paraissait un effort insurmontable et j'avais une puissante envie de dormir dès 16h. Je voulais changer ça et je dormais entre 8 et 9 heures par nuit, ce n'était donc pas de la fatigue ordinaire et encore moins de la paresse. Être à ce point mou à 32 ans me rendait fou. Il a fini par en résulter de l’irritabilité et de la déprime.

Il fallait que ça change. À seulement 32 ans, on doit être en forme. J'ai consulté un docteur qui a presque nié mes symptômes, accusant une déprime saisonnière et qui m'a prescrit de la Taurine (du redbull en poudre quoi...) et un homéopathe en carton qui n'a pas fait mieux en me conseillant simplement de boire du café... j'ai fini par rencontrer une nutritionniste/kinésiologue formidable qui m'a parlé de l'équilibre acide-base.

Maintenir son équilibre acide-base.

Notre mode de vie étant par nature acidifiant, il faut autant que possible, tout au long de la journée, éviter ce qui acidifie et favoriser ce qui basifie :

  • Manger équilibré et favoriser les aliments basifiants. Manger moins de sucre. Minimiser les viandes.
  • Faire quelques profondes inspirations à l'extérieur et aérer convenablement deux à trois fois par jour les locaux dans lesquels on vie ou travail pour aider les poumons à éliminer les acides.
  • Éviter le stress. Si nécessaire, le combattre par des exercices de relaxation.
  • Faire du sport afin d'éliminer des toxiques par la transpiration et la respiration.
  • Souper léger et tôt afin que la digestion soit finie lorsqu'on se couche. Laissant ainsi le foie tranquille pour aider les reins à nettoyer le corps.

Ce sont là les mêmes conseils santé qu'on retrouve un peu partout et ce n'est pas un hasard. Cependant changer ses habitudes et s’astreindre à un nouveau rythme demande beaucoup d'énergie et de rigueur, ce dont justement on manque cruellement lorsqu'on est en déséquilibre ! Ah que ce cercle est vicieux !

Rétablir son équilibre acide-base.

Jus de pomme bio et Soda Club. Prends ça dans ta face Coca Cola !

Afin d'avoir l'énergie et la motivation suffisante pour maintenant son équilibre, il est essentiel de le rétablir rapidement. Pour ce faire, certains spécialistes recommandent la cure de citron qui consiste à avaler des doses croissantes de jus de citron (jusqu'à 12 citrons par jours) pendant 30 jours.

Je n'ai pas réussi à m'y astreindre. J'ai donc opté pour des compléments alimentaires basifiant en gélule. J'ai pris 2 pilules par jour d'ERGYMAG. Le changement a été flagrant en moins d'une semaine. J'ai repris vie. J'ai continué ces gélules pendant 6 mois. C'est le temps qu'il m'a fallu pour restructurer mon rythme de vie, équilibrer mon alimentation et me forger le mental qui va avec.

Aujourd'hui je me sens vraiment bien avec une vitalité qui correspond à mon jeune âge (oui oui, moi j'ai 33 ans et je suis jeune) ce qui n'est vraiment pas de trop pour gérer nos deux Mômes21 et leur énergie débordante.

Conclusion.

Les règles pour favoriser un bon équilibre acido-basique sont les mêmes que j'ai toujours entendues sur la santé en général (mangez équilibré, bougez respirez), mais en m'intéressant à ce sujet, j'ai enfin pu rattacher ces règles théoriques à des processus physiologiques, et ces processus physiologiques à des effets perçus et ressentis. Cependant, si l'équilibre acido-basique est une notion fondamentale du bien-être (et qu'elle a des effets dévastateurs sur moi), elle n'est qu'un élément parmi d'autres dans une équation bien plus complexe qui régit l'ensemble du corps humain et dont beaucoup de paramètres changent en fonction de chaque individu. A chacun d'expérimenter pour trouver des solutions à ses problèmes de santé mais comme m'avait dit un kinésithérapeute que j'avais également consulté à ce propos : "D'abord vous suivez les règles de bases de l'hygiène de vie, ensuite vous venez vous plaindre. Sinon je peux rien pour vous, je ne suis pas magicien."

Sources.