Changement de caisse maladie pour la LAMal : la FRC ficelle un dossier complet

Les informatrices de la Fédération Romande des Consommateurs (FRC) sont formées continûment par leur responsable sur tous les sujets liés à la consommation. Le dernier colloque en date traitait du thème de saison de l'assurance obligatoire des soins (AOS) et du changement de caisse maladie correspondant.

Un dossier mirobolant extrêmement complet a été monté pour cette occasion : Modèles alternatifs, anges ou démons ?

Modèles alternatifs de l'assurance obligatoire des soins

J'aurais peu de choses à rajouter à ce dossier tant il est bien fait. Je pense qu'il sera très utile à tous pour changer de caisse et choisir le bon modèle alternatif si vous pouvez vous le permettre.

Certes, ces variantes de l'AOS coûtent moins cher, mais viennent avec leur lot de restrictions et contraintes (passer par son médecin de famille avant toute autre démarche, n'aller que dans certaines pharmacies-partenaires, téléphoner à un médecin-conseil avant de se rendre chez son docteur etc.). Ces dernières sont propres à chaque caisse maladie et à chaque modèle, et il vous faut doubler de vigilance dans la lecture des Conditions Générales d'Assurance qui les accompagnent. Les Condi...quoi ? Les CGA : ces espèces de longs textes que personne ne lit avant de signer un contrat quelconque.

Eh bien, soyez ébaubis : la FRC les a toutes lues pour vous, et en a fait des fiches-résumés qui vous permettent de voir en un clin d'oeil les dangers et souplesses du modèle alternatif qui vous intéresse. Ce travail titanesque est grâcieusement mis à disposition de toutes et tous, alors profitez !

Comparateurs de primes

Quand j'étais jeune et naïve, j'utilisais comparis.ch ou bonus.ch, persuadée qu'ils nous voulaient du bien en offrant un outil convivial pour choisir la caisse la meilleure marché pour nous. C'était avant d'entendre des rumeurs avérées de "chasse aux bons risques" (bon risque = une jeune personne faisant le choix d'une franchise maximale, et en généralement en bonne santé : en gros, vous payez vos primes et ne réclamez jamais rien comme remboursement), ou de "fuite du mauvais risque" (une vieille personne faisant le choix d'une franchise minimale, et croulant sous les maladies chroniques).

Comment cela fonctionne-t-il ? Si vous êtes un bon risque et que vous cherchez sur comparis la caisse la moins chère du marché, ce n'est pas forcément elle qui va apparaître en premier dans le classement : encore faut-il qu'elle ait payé comparis pour y figurer. Il existe donc une caisse moins chère, mais elle ne vous sera pas accessible par comparis. A l'inverse, si vous êtes un mauvais risque et que vous faites une recherche sur comparis, alors celle qui vous sera la plus avantageuse risque d'être invisible car elle aura payé comparis pour NE PAS apparaître dans le classement.

J'aime beaucoup l'explication officielle : "Les assurances ont certes un devoir d’admission, mais pas de devoir d’offre, a expliqué Richard Eisler, le fondateur de Comparis [...]".

Des comparateurs aussi biaisés et non exhaustifs, mieux vaut les fuir. Heureusement pour nous, des comparateurs indépendants et intègres existent, comme priminfo.ch, et je suis surprise que comparis.ch ose porter plainte contre priminfo.ch pour concurrence déloyale.

Notre système de santé : perfectible !

Selon l'ATS, seuls 12-15% des assurés changent de caisse chaque année. Personnellement, je suis un de ces fameux "bons" risques après lesquels les caisses maladies courent et elles peuvent encore courir longtemps : je ne suis jamais restée fidèle à une caisse plus d'une année je crois. Eh oui, je suis POUR la concurrence.

Et je suis POUR la caisse publique. C'est contradictoire ça ? Ben non. Quand on connaît les irrégularités que certains contrats de modèles alternatifs comportent (des clauses ayant des répercussions sur les assurances complémentaires prises dans la même caisse par ex. chez la CSS), ou quand il est notoire que M. Couchepin* - ex-conseiller fédéral - est un proche des dirigeants du Groupe Mutuel, ou encore quand _étrangement_ lors d'une année où le peuple est appelé à voter sur une initiative de caisse unique les primes n'augmentent pas autant que prévu... on peut légitimement se dire que l'anguille a bouffé la roche.

Mathieu Fleury, secrétaire général de la FRC, exprime bien mieux que moi ma propre opinion. J'ai pu l'entendre sur le sujet à la RSR récemment (Forum du 17.10.2011 "Système de santé suisse: bon mais peut mieux faire" vers 5'22'' ), et avec Monsieur21 nous sommes restés émerveillés par son éloquence.

A mon avis, la concurrence ne marche pas, certaines caisses trichent en mélangeant allègrement les conditions de l'assurance de base et complémentaires (voir notamment le Vigousse du 28.10.2011 "De clause à effet"), le lobby des assureurs est très influent... et comme le dit si bien M. Fleury, l'initiative de la caisse publique ne veut pas chambouler tout le système de santé suisse, mais juste la partie qui s'occupe de la perception des primes et du remboursement pour les prestations liées à l'AOS. Alors si vous ne l'avez pas encore fait : signez ! Et si vous avez oublié si vous l'avez déjà fait ou non : signez aussi !

Si vous n'êtes pas d'accord avec cette initiative, je serai curieuse de lire votre opinion.

* Nom connu de la rédaction

Démarche pour changer de caisse

  1. Comparer les primes sur priminfo.ch
  2. Choisir son modèle d'assurance, et si c'est un modèle alternatif, zieuter sa fiche
  3. Demander une offre, la remplir, la signer, l'envoyer
  4. Résilier son assurance actuelle avant le 30.11.2011 tout de suite par recommandé (en fait, depuis que la LAMal existe, je n'ai jamais envoyé de résilisation en recommandé, mais comme je le faisais assez tôt - genre fin octobre - j'avais amplement le temps de réagir si je ne recevais pas la confirmation de ma résiliation avant fin novembre).

Chez certaines caisses, il est possible de s'affilier en ligne et leur système génère automatiquement une lettre de résiliation qu'il suffit ensuite d'imprimer et signer avant d'envoyer. Vous pouvez aussi trouver un modèle de résilisation sur frc.ch.

Si vous êtes largué, vous pouvez simplement passer aux portes ouvertes organisées par la FRC pour accomplir ces opérations. Et c'est gratuit, même pour les non-membres !

  • FR : 2.11 de 14h à 15h30 et 11.11 de 9h à 11h au bureau conseil
  • NE: 1.11 de 13h-17h30 au bureau conseil
  • VD: 4 et 11.11 de 9h à 12h30 à la permanence
  • JU: 5.11 de 9h à 13h au bureau conseil
  • VS: 3 et 10.11 de 14h à 17h et 8.11 de 9h à 11h au bureau conseil
  • GE: 25.10 et 3, 8, 17.11 de 10h30 à 19h30, à la maison de famille, rue Goetz-Monin 10

La Fédération Romande des Consommateurs : mon association préférée

En cette année européenne du bénévolat, je me suis récemment dit que, à défaut d'être mon année entrepreneuriale, 2011 sera mon année bénévole.

Moi et mon FRC mag
Moi et mon FRC mag

Avant même que je sache qu'on fêtait le bénévolat, je me suis lancée à corps perdu dans la Fédération Romande des Consommateurs (FRC pour les intimes). Et là, je découvre un monde magique fait de tâches intéressantes, utiles et en adéquation avec mes valeurs. J'ai pu :

  • faire partie des testeurs Fourchette Verte qui quadrillent le Canton pour vérifier la qualité des assiettes servies sous ce label ;
  • organiser un stand d'information ;
  • entrer au comité de la section Vaud ;
  • me former en tant qu'informatrice à la Permanence de la FRC.

La Permanence de la FRC

La Permanence est une organisation extraordinaire peuplée de dames remarquables, nommées les "informatrices", qui vous répondent 5 jours par semaine à toutes vos questions sur la consommation. Ces informatrices chevronnées n'ont pas de diplôme en droit, mais comme elles pratiquent ce bénévolat depuis de longues années, elles en connaissent un bon bout. L''autre bout qui manquerait est apporté par la responsable de la Permanence, juriste de profession.

Si votre question donne du fil à retordre même à la juriste, une armada de spécialistes sont à disposition pour y répondre : faire le tour de la problématique de l'huile de palme, comment récupérer un vêtement délicat taché, sortir un comparatif des poudres à vaisselle pour machine, donner la marche à suivre pour changer de caisse maladie... etc. (Et là, c'est pas un etc-alibi,  j'ai vraiment plein d'autres exemples).

Et tout cela, GRATUITEMENT si vous êtes membre de la FRC ! Ne trouvez-vous pas cela merveilleux et n'avez-vous pas une urgente envie d'adhérer à cette honorable fédération ?

Les Enquêtes de la FRC

Il existe une autre possibilité de bénévolat à la FRC : devenir enquêteur ! PetitFrère21 s'est lancé dans l'aventure et il pourra peut-être nous faire part de ses impressions une fois que les résultats des enquêtes auxquelles il a participé seront rendus publics (d'ici là, tout est confidentiel).

En attendant, il est possible de se faire une idée avec les enquêtes passées : noter les prix des boissons sur les terrasses, celui des billets de cinéma, la provenance des filets de perche servis au restaurant ou encore la qualité des conseils lors d'un achat de chaussures de course dans une boutique de sport.

Les articles sur les enquêtes ne nous disent pas si les enquêteurs se sont régalés avec les chaussures de course ou s'ils ont pu repartir avec leurs filets de perche aux pieds. Dans tous les cas, j'ai récemment appris qu'il est possible de soumettre des thèmes d'enquête à la FRC : mieux que d'être dans les coulisses des enquêtes, vous pouvez en être l'instigateur !

Les Combats de la FRC

La FRC n'est attachée à aucun parti politique. Les thèmes abordés nous concernant tous, il n'est pas étonnant de voir du soutien provenir de tous les partis, même si on constate une concentration plus à gauche qu'à droite.

Pétitions, initiatives populaires, expositions et débat, la FRC ne fait pas que d'informer sur la consommation, elle agit ! Et parfois même avec une longueur d'avance : après les OGM, doit-on se méfier des nanos (de nanotechnologies, pas ceux de la M***) ? Une exposition fait le tour de la Romandie pour lancer le débat.

La structure de la FRC

Comme toute fédération, et ce ne sont pas les fans de Star Trek qui vont me contredire, la structure de la FRC est un peu compliquée : il y a les sections cantonales, le secrétariat central (SC), mais aussi des commissions internes, et des participations à des groupes de concertations externes. Mis à part le SC, tout fonctionne grâce aux bénévoles qui oeuvrent au sein de cette association à but non lucratif.

Chaque section cantonale a ses projets propres. Dans le Canton de Vaud, la FRC offre un service Conseil Budget pour les personnes qui ne sont pas au social mais qui ont par ex. de la peine à joindre les deux bouts. Gratuitement.

Différences avec Bon à Savoir

FRC versus BàS
FRC versus BàS

J'adore les tests. Et pas seulement les psycho-tests. C'est pourquoi, je suis abonnée à Bon à Savoir (BàS) également. Mais, c'est pas un peuf kif kif bourricot avec la FRC ? Eh ben non. L'un est rouge et l'autre est bleu...

Service juridique, permanence

La FRC, elle, a des bureaux conseils dans chaque canton romand où les membres et non-membres sont accueillis pour étudier et solutionner tous leurs soucis liés à la consommation (mieux vaut venir avec tous vos papiers, reçus, tickets, CGA, contrats : recto ET verso s'il y a).

En dehors des heures d'ouverture des bureaux conseils, la Permanence répond aux questions sous toutes ses formes, mais téléphonique de préférence. OK, ça, BàS le fait aussi pour les premiers conseils, mais la FRC va plus loin : elle étudie et accompagne également les cas compliqués voire désespérés ou urgents de membres ET non-membres (contre paiement pour ces derniers).

Différence de financement

Dans les bémols de la FRC, on pourra noter le coût de l'adhésion (deux fois plus cher que pour BàS). On touche du doigt une différence majeure entre les deux "concurrents" : le magazine de BàS contient de la pub (près de la moitié de ses pages dans certaines éditions) et la FRC pas du tout ! Et ce n'est pas une différence anodine, vu que ce sont certainement des dizaines de milliers de francs en plus qui permettent d'offrir un magazine pas cher, de faire une application iPad.

Cette absence de publicité garantit non seulement une indépendance totale de la FRC, mais je trouve qu'elle confirme surtout sa bataille pour un consomm'acteur informé et non manipulé par la publicité.

Or l'argent étant le nerf de la guerre, il est édifiant de savoir que BàS n'est qu'un magazine parmis d'autres d'une même société anonyme suisse allemande spécialisée dans la consommation : Konsumenteninfo AG, dont sa branche publicitaire ki media n'est pas peu fière du succès de ses deux magazines phares BàS et K-Tipp.

Bien plus qu'un magazine : une Fédération !

Avec mon laïus précédent sur les actions et la structure de la FRC, vous pouvez mieux saisir maintenant ma frustration-résignation pour tous ces gens qui confondent la FRC et BàS. OK, leurs magazines se ressemblent beaucoup. Mais l'une est une fédération âgée de plus de 50 ans avec un mensuel d'information, des combats et des actions. L'autre "juste" un magazine à but lucratif traitant de la consommation et ayant des moyens financiers incomparables. Sauf erreur, excepté la pétition du roaming dernièrement, il ne me semble pas que BàS n'ait entrepris d'autre action "politique" pour les consommateurs.

Marche à suivre

  1. Adhérez à la FRC
  2. Profitez de ses trésors réservés aux membres
  3. Appliquez les 10 règles d'or de la consomm'action
  4. Profitez de sa permanence pour tous vos soucis liés à la consommation
  5. Faites connaître la FRC autour de vous (= persuadez votre frère, concierge ou chauffeur de bus d'adhérer)
  6. Devenez bénévole dans votre section cantonale

Acheter une voiture au gaz naturel

Dans notre boboïtude aigüe de la famille modèle à 2 enfants, nous avons voulu acheter une voiture dite "écologique", car quitte à polluer, nous voulions polluer avec bonne conscience.

Choisir une voiture écologique grâce à un comparatif

Opel Combo Tour CNG
Opel Combo Tour CNG

Pour ce faire, il existe un comparatif suisse des voitures se basant sur plusieurs critères d'évaluation : l'ecomobiliste de l'association transports et environnement (ATE). Plus qu'un tableau, l'ATE nous présente même une application interactive en ligne ou à télécharger sur son ordinateur permettant de préciser les critères qui nous intéressent. Dans le cas de la Famille21, je voulais une 5 portes, avec comme carburant le gaz, avec la meilleure note possible (5 étoiles, qui ne correspond pas forcément à l'étiquette énergie) et surtout PAS CHÈRE ; quant à Monsieur21, il m'a dit "gmmbllrllrr" que j'ai traduit comme "ce que tu veux, pourvu qu'elle ne soit pas grise".

Voiture au gaz naturel : quelques faits

Alors pour que cela soit clair : le gaz naturel n'a rien de plus "naturel" que l'essence. Même si l'industrie gazière s'engage à injecter du biogaz (produit par la fermentation du compost par ex.) dans son système, il ne s'agit que d'une part mineure (10% seulement en 2003, et 19% en 2009). Un dièse (un anti-bémol ?) toutefois : les 3/4 du gaz naturel utilisés en Suisse proviennent d'Europe.

Gaznat, en collaboration avec les communes, accorde entre 500 et 1000 CHF de subvention sous forme de carburant ou cash à l'achat d'une voiture à gaz neuve ou de démonstration (= jusqu'à 4000 km chez un concessionnaire). Vous devez en contre-partie arborer un auto-collant promotionnel pour le gaz naturel sur votre carrosserie rutilante. De plus, dans le Canton de Vaud, les voitures qui émettent moins de 120 grammes de CO2 par km ont une réduction de 50% de la taxe automobile. Et last but not least, les voitures à gaz coûtent environ 30% de moins en carburant que celles à essence pour une même utilisation.

Une voiture d'occasion

Comparis offre un outil d'estimation de la valeur d'une voiture (qu'ils appellent "cote de véhicule") qui m'a permis de savoir si une annonce était une bonne occasion ou une arnaque. Cet outil m'a également aidée à déterminer la valeur de notre vieille 3 portes qui roule encore à merveille mais qui n'est pas adaptée aux parents trentenaires ayant déjà la courbure dorsale de petits vieux huitantenaires. Il existe d'autres outils peut-être plus précis (Comparis ne traite pas les voitures plus anciennes que 2000) comme celui mentionné par le TCS ou l'Argusauto mais ceux-ci sont payants.

Après une recherche sur AutoScout24 et Ecocar4you, il s'avère que les seuls modèles qui satisfont à nos besoins peuvent avoir des prix très variables selon le kilométrage et l'année d'immatriculation. En réduisant la liste aux occasions les moins chères, je constate avec détresse que

  1. la plupart des bonnes occases sont vendues à l'autre bout de la Suisse (sans rire, vers Wil ou St-Gall) et
  2. qu'il ne ressort que des voitures grises claires, grises foncées ou grises métalisées.

Autonomie et réseau de stations CNG

Nous avons concentré nos recherches sur deux modèles : la Fiat Qubo et l'Opel Combo Tour, toutes deux des monospaces 5 places avec comme différences que la Qubo a une autonomie de 300 + 690 km (gaz+essence) tandis que la Combo Tour 350+170 km et qu'elles consomment respectivement 4.2 kg et 4.9 kg par 100 km.

J'ai finalement trouvé une Opel Combo Tour d'occasion sur anibis chez un particulier tip-top suisse qui nous a fait le service anti-pollution, le service climatisation, l'expertise et l'extension de garantie pour 1 an. Pour renchérir sur sa suissitude, je me suis inspirée d'un exemple de contrat de vente/achat de voiture d'occasion du TCS afin de réglementer l'achat en bonne et due forme.

En supposant que nous roulions 20'000 km par année, cela ne fait qu'environ 200 CHF de différence par an (1 kg de gaz coûte ~1.60 CHF) par rapport à la Fiat Qubo, mais nous obligera à nous arrêter souvent pour faire le plein si on part à l'étranger.

Alors qu'en Suisse, le réseau de stations CNG (gaz naturel) est assez dense, sans mentionner le fait que la Suisse est petite, c'est une autre paire de manches en France où j'aurais presque assez de doigts pour les compter sur la carte. Tels les caravanes dans le désert, nous organiserons ma foi nos voyages stratégiquement selon nos oasis de stations CNG. Et visiblement, nous devrions plutôt nous dorer la pilule en mangeant des spaghettis à la bolognese (Italie : plus de 1000 stations) que du baguette-choucroute (France : moins de 50 stations) selon le recensement de Metanoauto qui publie des cartes très pratiques des stations dans toute l'Europe.

Assurance automobile RC et Casco

Pour obtenir mes plaques d'immatriculation, il me faut contracter une assurance RC (responsabilité civile) avant de débarquer au Service des automobiles et de la navigation (SAN), car une attestation communiquée par téléphone ou par voie électronique de l'assureur au SAN est nécessaire.

Quel bonheur de constater qu'A Bon Entendeur s'est penché sur la problématique des assurances RC et Casco. J'obéis religieusement leurs conseils et envoie un formulaire à 4 assureurs proposant des rabais pour voitures écolos. Je reçois des offres le jour même ou le suivant (je suis toute admirative de la diligence des agents d'assurance en phase d'offre) et je me plonge dans leurs CGA et leur offre détaillée pour en extraire un comparatif respectable. Cette tâche m'a pris exactement 2 heures, 24 minutes et 32 secondes. Car à la 33e seconde, Monsieur21 me hèle avec un "t'as pensé à utiliser Comparis pour trouver l'assurance auto la moins chère ?". Et voilà qu'en moins de 5 minutes et 43 secondes, j'obtiens l'offre automatique d'une compagnie d'assurance, moins chère que toutes celles que j'ai reçues...

Finalement, j'ai opté pour l'assurance de l'ATE. Non seulement car il s'agit d'une des plus avantageuses et flexibles (on peut mettre l'option qu'on souhaite pour la Casco partielle, en plus des 3 risques de base que sont l'incendie, forces de la nature et bris de glace si je me rappelle bien), mais aussi car un Ami21 m'a parrainée pour devenir gratuitement membre de cette association. Cerise sur le gâteau, leur service clientèle par mail ou téléphone est aimable, super efficace et rapide. Le seul hic est qu'il faut être membre de l'ATE pour en bénéficier.

Immatriculation

Pour rouler avec notre nouvelle voiture, j'ai encore besoin de la faire immatriculer à mon nom. Monsieur21 s'est exclamé : ouhlala ouhlala, tu vas avoir un chiffre énorme, c'est pas bon ça, il vaut mieux garder mes plaques. Il aurait été plus simple de laisser les plaques de Monsieur21 sous son nom, mais souscrire une assurance automobile pour une femme se révèle des fois un chouillat plus avantageux alors j'ai décidé de tout faire sous mon nom. Impulsivement, j'ai demandé au SAN ce dont j'avais besoin pour une cession de plaques :

  1. le permis de circulation de l'ancienne voiture (de Monsieur21) ;
  2. le permis de circulation de la nouvelle voiture ;
  3. une attestation d'assurance RC ;
  4. une pièce d'identité ;
  5. la Demande d'immatriculation - cession de plaques VD du jour (de 2011 donc) ;
  6. et certainement quelques dizaines de francs car rien n'est gratuit en Suisse.

J'aurais également pu acheter une plaque avec un petit chiffre ou avec une combinaison particulière (style VD 007, ça en jette paraît-il). Mais le prix minimal de 300 CHF (2000 CHF pour les tout petits chiffres) pour ce caprice minéralogique, et le système d'enchères m'ont semblé rédhibitoires.

Pour en savoir plus

  • Renseignement à Morges pour une nouvelle voiture à gaz subventionnée : 021 823 03 43
  • Numéro d'appel GazNat pour obtenir le formulaire de subvention : 0800 462 462