350 à Lausanne : la photo, les entretiens et le pot aux fraises

350 à Lausanne, le 24 oct. 2009 à la Place de l'Europe
350 à Lausanne, le 24 oct. 2009 à la Place de l'Europe. Cliquez pour voir la photo en taille originale et trouver les membres de la Famille21, nous y sommes tous 🙂

Vu les prévisions maussades annoncées pour ce samedi 24 octobre 2009, j'avais demandé aux co-organisatrices de l'action lausannoise de 350.org de brûler des pattes de lapins ou de faire une danse du ventre torride pour conjurer cette poisse qui était censée nous tomber dessus, pour rappel, à la Place de l'Europe en plein coeur de Lausanne.

Et miracle, le soleil a été au rendez-vous en cette journée internationale d'action pour le climat. Je ne sais pas à quel rituel elles se sont adonnées, mais si vous avez besoin de beau temps pour une manifestation importante, j'ai l'adresse mail de ces co-organisatrices super efficaces...

Certains sont venus parce qu'un(e) ami(e), parent(e), collègue, ou voisin(e) donnait un coup de main à l'organisation. D'autres ont entendu parler de l'action à la Radio Suisse Romande (par ex. le matin même dans l'émission Prise de terre). Toutes et tous ont été regroupés autour du 350 formé par les pots de fraisiers offerts par Lausanne Jardins et ont été immortalisés sur la photo qui témoigne de l'engagement des Lausannois et qui révèle leur "inquiétude" par rapport au réchauffement climatique.

De l'action ! Maintenant !

Non, mais, non, tous ces gens ! Là, sur la photo ! Ils disent pas : on est inquiets... Ils disent : on est là, on est venus, on s'est bougés, on a fait une action. Et on n'attend plus des promesses, on attend de l'action de la part de ceux qui nous gouvernent.

Tout se jouera en décembre à Copenhague où se déroulera le Sommet 2009 de l'ONU sur le climat. L'appel pour un ultimatum climatique est lancé ! Pensez à rejoindre les signataires pour atteindre l'objectif du million si vous adhérez au texte de l'appel.

Revue de presse du samedi 24 octobre

Entretien du pot de fraisier

Fraisier de Lausanne Jardins, puis de 350.org
Fraisier de Lausanne Jardins, puis de 350.org

Comme j'héberge deux pots de fraisiers issus de cette action, je me suis renseignée sur la façon de leur faire passer l'hiver. En résumé, il faut pour cet hiver :

  1. Couper les feuilles sèches.
  2. Laisser les pots à l'extérieur (le fraisier tient le coup jusqu'à -10°).
  3. Arroser modérément pour éviter l'excès d'eau qui risque de faire pourrir les racines.
  4. Au printemps, couper les stolons (les bébés fraisiers qui s'échappent) pour qu'ils n'épuisent pas la plante mère, sauf un seul, qu'on utilisera pour refaire une plante à part entière.

Pour en savoir plus (sur les fraisiers)

350 : un fraisier, une action, un jour pour changer le monde à Lausanne

Après ma petite participation en tant que bénévole au Festival de la Terre 2009, mon abonnement à la Revue Durable, mes inscriptions aux Anges Gardiens, puis au Climat entre nos mains, je me vois dérouler la pelote Ecolo à force de tirer le fil, et je passe ainsi du côté de l'"activisme" en toute logique. J'outrepasse bien sûr le motto Tu ne peux pas changer les autres - à comprendre "les autres" = "le monde", tu ne peux que te changer toi-même, mais les fidèles de ce blog constateront que je ne suis pas à une contradiction près (shopaholic et simplicitaire ?!).

Former un 350 géant à l'aide de pots de fraisiers

Ne vous réjouissez pas trop vite de me voir enchaînée au pied d'une centrale nucléaire aux nouvelles du 19:30 sur la TSR prochainement. Non, il s'agit de participer à une très jolie action symbolique dans le cadre de "350 : le mouvement planétaire en faveur du climat", action se déroulant à la Place de l'Europe à Lausanne le samedi 24 octobre 2009 de 10h à 12h30, où nous allons former un grand "350" avec des pots de fraisiers généreusement offerts par la Ville de Lausanne.

Si je vous donne des informations d'une telle précision, c'est moins par souci journalistique, que pour vous faire passer un message tout sauf subliminal qui vous dit : venez faire un petit geste pour vous, mais un grand geste pour l'humanité (oui, ok, c'est à peine du plagiat... mais 2009 est aussi l'anniversaire des premiers pas sur la lune : ce sont les médias qui me conditionnent), et participez à la formation de ce 350 géant qui sera photographié depuis la passerelle au dessus de la place à 11:45. Vous pourrez même emporter votre pot de fraisier en souvenir ! (Rien que pour ce pot, je vais motiver Monsieur21 à venir, cela sera certainement mon plus gros défi pour cette action 350...).

Le CO2, le climat qui déglingue, et moi ?

De plus en plus de voix s'unissent pour faire connaître l'impact du CO2 émis par les activités humaines sur les bouleversements climatiques que nous subissons ou que nous allons subir, le plus bling-bling étant Al Gore avec Une vérité qui dérange (2006 déjà!). J'entends aussi des voix qui s'élèvent contre le discours officiel sur le réchauffement climatique (que ce soit pour exprimer leurs doutes sur le lien entre l'augmentation du CO2 dans l'atmosphère et le réchauffement, ou pour dénoncer les critiques/insultes qui leur pleuvent dessus s'ils osent questionner ce lien - émission Impatience de la RSR du 02.10.2009 vers 9').

N'ayant pas encore fait moi-même le tour de la question, je vous invite à vous informer par vous-même en gardant un esprit critique : pourquoi veut-on nous faire peur ? qui y gagne ? si l'effort qu'on nous demande est de consommer moins, il y a fort à parier qu'il n'y a pas de lobby là-derrière ; à l'inverse, si on vous instille le doute en vous disant qu'il n'y a aucun rapport entre le CO2 et le réchauffement climatique (vrai/faux?), que la Terre a déjà subi des hausses sans action humaine (vrai selon l'étude des carottes de glaces), et que les activités humaines et industrielles n'ont pas d'impact (hum... ça, je peux raisonnablement penser que c'est faux), là vous pouvez commencer à prendre de la distance... La Revue Durable consacre son numéro actuel à ce sujet, et s'il y a bien une chose que j'apprécie chez elle, c'est sa rigueur journalistico-scientifique.

Pour en savoir plus

Gestes écologiques au quotidien

Après la nuit orageuse d'une rare violence, puis la journée caniculaire d'aujourd'hui (31°), et une invitation d'un ami21 à évaluer ma kyoto-compatibilité, un article sur les gestes écologiques me paraît tout à fait idoine. Pourquoi donc? Ben parce que le climat fout le camp. Météosuisse nous prédit un maximum de 18° (glaglagla) pour samedi, si c'est pas un scandale ça pour un 18 juillet...

Il existe une pléthore de sites web pérorant sur les éco-gestes, fourmillant, à qui mieux mieux, de conseils pour nous aider à faire un petit geste pour notre planète (et notre porte-monnaie en passant). Beaucoup de préconisations se recoupent donc, me laissant toutefois dubitative sur l'impact réel de tel ou tel effort quotidien.

Je ne devais pas être la seule à me faire cette réflexion de la petite goutte d'eau perdue au milieu du fleuve, s'interrogeant sur l'influence qu'elle peut avoir sur l'itinéraire qu'emprunte le cours d'eau dans son ensemble. Car voilà, des initiatives non gouvernementales ont débouché sur des outils qui nous permettent de calculer les économies en kg de CO2 selon notre mode de vie, évalué grâce à un éco-test (c'est comme le psycho-test, sauf que c'est pas "savez-vous vous faire plaisir?" ou "votre couple est-il fait pour durer?", mais c'est presque aussi fun, si si, sans déc).

Aperçu de mon radar comportemental en tant qu'Ange gardien
Aperçu de mon radar comportemental en tant qu'Ange gardien

Anges gardiens de la planète

Comme je le disais dans le précédent article, je suis devenue un Ange gardien. Sous cette dénomination un peu hyperbolique se cache un éco-test et une proposition de 2 gestes écolos mensuels. Le compteur global des contributions de chaque Ange est mis à jour. Et voilà t'y pas qu'on s'extasie sur notre participation à ce mouvement salvateur grâce à quelques petits chiffres (calculés le plus sérieusement du monde grâce à une collaboration avec l'EPFL si mes sources sont exactes).

En parcourant la liste des gestes proposés les mois précédents, je me rassure, rien d'extravagant ni de trop contraignant. Le bénéfice que j'en retire est de m'avoir donné l'impulsion pour passer du "ça serait bien de" à "je le fais", par exemple pour ce qui est de rapporter les médicaments périmés (ou pas) à la pharmacie ; et passer d'une velléité à un acte concret, ben, l'air de rien, ça dégage l'esprit et ça fait du bien.

Le climat entre nos mains

Calcul de mes émissions CO2
Le résultat de mes émissions de CO2

Un autre "il faut que" de vaincu : m'inscrire à Le climat entre nos mains. Je me l'étais promis depuis que j'en avais entendu parler, c'est à dire depuis que je connaissais la Revue Durable, il y a moults mois de cela. Et là, je n'ai aucun mérite vu qu'on m'a presque forcé la main par une invitation opportune...

Sur ce site, nous ne sommes plus des Anges gardiens, mais des Héros ordinaires. Ca sonne, ça claque, ça en jette. J'aime. Par contre, l'éco-test est ici un peu plus ardu : j'ai buté sur les questions "à quoi vous chauffez-vous" et "combien avez-vous consommé d'électricité l'année passée".

Je me retrouve donc à fouiller dans mes papiers de la gérance et dans mes factures de la Romande Energie. Glps. Je tourne de l'oeil en me perdant dans mes conversions en kWh, notion qui m'est complètement lunaire (eh oh, je savais tout de même que ça voulait dire kilo-Watt-heure). D'ailleurs, je pourrais me tromper d'un facteur 100 voire 1000 sur ma consommation énergétique que je n'y verrais que du feu. Me voilà moins ignorante à présent. C'est toujours ça de gagné.

Bref, en complétant les différents questionnaires par thème, mon niveau d'émission de CO2 est calculé et affiché. Et en arrivant au bout, youpiyailleyailleyaille-youpiyoupiyaille : je suis "kyoto+" compatible. Et si cela ne suffit pas, le site me propose de m'engager à faire encore mieux en choisissant quelques éco-gestes à accomplir, genre (pour ne pas trop me mouiller) "Je m’engage à rester au minimum Kyoto-compatible+ et à donner mes tuyaux pour y parvenir". Dont acte, et article sur Famille21, héhé.

Pour en savoir (et en faire) plus

Par ordre croissant (ou de complexité) de propositions