Etre éco-citoyen en famille : le nettoyage de la plage de Préverenges

Un râteau pour Madame21 et un pour Gamin21
Un râteau pour Madame21 et un pour Gamin21

C'est un tout-ménage que nous recevons chaque année à la même époque lorsque les premiers mollets se découvrent, les premières tartes à la rhubarbe se dégustent et les enfants font une indigestion de chocolats en forme d'oeuf ou de lapin (ou de lapin portant des oeufs, ou d'oeufs contenant un lapin) : un appel aux bonnes volontés de mon beau village pour aller nettoyer la plage dudit beau village. Etant la seule plage de sable à des kilomètres à la ronde, elle subit non seulement les assauts d'animaux plus ou moins sauvages aimant se lover ou faire ses déjections dans des grains fins, mais elle amoncèle également les détritus laissés par le badaud insouciant.

Vu l'heure matinale du rendez-vous (un jour de week-end !), nous n'avions jamais pensé pouvoir y participer avant cette année où, quitte à être réveillé à 6:30 du matin par notre progéniture, autant aller faire quelque chose d'utile pour la communauté avec les petits. Les croissants pré-nettoyage et l'apéro post-labeur étant offerts, la "corvée" de nettoyage s'en trouve bien radoucie.

L'organisation est tip-top-térylène : croissants et pains au chocolats sont accompagnés de thé, de café et du discours de bienvenue du municipal en charge de la voirie. Puis foultitude de râteaux, de sacs poubelles, de brouettes sont mis à disposition d'une armada de bénévoles qui s'en emparent avec furie à peine la dernière bouchée de pâte feuilletée avalée. Je suis ébahie par ce zèle citoyen, par cette exaltation matinale que revêt le bourgeois empressé de ramasser brindilles et feuilles mortes ou bouchons de bouteilles et serviettes hygiéniques souillées (désolée, mais la vie réelle n'est pas toujours poétique). Le nec plus ultra : les organisateurs ont même prévu des râteaux et pelles en plastiques pour les plus jeunes éco-citoyens. Gamin21 était ravi, et nous aussi.

En quelques secondes, le temps que j'attèle PetitBébé21 sur mon dos pour avoir les deux mains libres, tout le monde s'est évaporé, se retrouvant déjà sur le sable à pelleter, râteler, remplir sacs poubelles et sacs de compost à qui mieux mieux. J'identifie immédiatement les "pros" aux gestes sûrs et efficaces, et les "amateurs" qui font les choses dans tous les sens avec un matériel complètement inadéquat. C'est en remarquant que je rassemblais en un seul monticule les branches, les bourgeons, les algues, le sable et les pieds de Monsieur21 que je me suis dit que j'appartenais à la seconde catégorie. Et que j'avais besoin d'un râteau fin et non d'une pelle pour faire ce que je voulais faire.

Sac poubelle et compostEn échange de quelques sacs poubelle bien remplis, les employés de la voirie nous préparent un apéro fastueux augurant les prochaines grillades estivales : dip de légumes, saucisses grillées, pain frais et boissons rafraichissantes à volonté... voilà les déchets bien vite oubliés.

Epilogue

Mon histoire passionnante de nettoyage de plage se serait arrêtée plus haut si Monsieur21 n'avait pas suggéré d'étendre ces actions citoyennes à un plus haut et large niveau. Ou si je n'avais pas été approchée par un conseiller communal pour signer une initiative subversive.

Le service civil obligatoire ?

A l'heure où le Groupe pour une Suisse sans armée nous propose une initiative pour la suppression du service militaire obligatoire, je me pose la question de l'introduction d'un service civil obligatoire avec des tâches d'utilité publique telles que le nettoyage d'espaces publics. Ou de petits vieux incontinents. Après tout la structure existe depuis 1996 (seulement ?!), que faudrait-il pour le rendre obligatoire à toutes et tous ?

Bien sûr, on me rétorquera qu'un service obligatoire, quel qu'il soit, sera bien moins exécuté que lorsque les gens s'inscrivent volontairement. Surtout quand il n'y a pas forcément un apéro somptueux à la clé. (Comment ça, c'est une gourmande Madame21 ?). Mais je me plais à imaginer un monde où le service civil permettra des rencontres improbables par le mélange de citoyens majeurs sans regard pour leur sexe, religion, métier, domicile, âge ou appartenance communautaire. Comme pour le service militaire actuel qui est une source d'anecdotes et d'échanges intarissables pour deux mâles helveticus qui n'ont rien en commun, je me prends à rêver que la pluie et le beau temps ne sera plus le seul sujet de discussion fédérateur entre deux citoyen-ne-s : le service civil sera un thème bien plus enrichissant.

Pour aller plus loin

Madame21

Maman21, entrepreneure associative, citoyenne engagée, optimiste irréductible.

Commentaires

  • Alors alors, étant donné que la solidarité fout le camp (même si de belles initiatives comme ce nettoyage existent), oui à un service civil obligatoire. Dans ses modalités, je n'y ai pas réfléchi. Mais obligatoire pour tous, femmes y compris, hormis exceptions bien entendu (enfants, santé, etc.). Soyons un peu visionnaires et moins centrés sur nous-mêmes ! C'est l'heure de la mondialisation, non ? Alors ouvrons-nous aussi au point de vue social, parce que l'économie, les finances etc., on en a soupé et on est toujours perdants dans l'histoire. Là, aider les autres, l'environnement, s'engager pour le futur de nos enfants, être un modèle par l'exemple, je suis pour.

    Bon dimanche !

    • Eh beh, en voilà une position tranchée et enthousiaste, ça fait plaisir à lire ! Bon alors, on commence quand à mettre ça en place ? 😉

      • Ah, mais tu peux proposer ça à l'échelle de la commune, déjà, un service civil facultatif, des journées régulièrement dans l'année pour que les citoyens se sentent plus concernés par le bien-vivre local. Mon mari s'est engagé, lui aussi, comme conseiller communal, dans une commune à l'ouest de Morges. Je pourrais lui suggérer de faire pareil ;o) ?

        • Mais quelle bonne idée ! J'ai ma première séance fin juin, je vais tâter le terrain (et probablement constater avec dépit qu'il y a déjà une liste longue comme le bras de choses urgentes et importantes à régler dans la commune...). Mais si ton mari arrive à placer ça dans sa commune, je pourrai m'en référer 🙂

          • Allez, je vais ajouter cette demande à sa liste de "doléances", mais comme pour toi, je doute qu'il arrive à mettre ce qu'il veut à l'ordre du jour de la 1ère séance :o). Néanmoins, la persévérance a du bon, parfois... Bonne chance pour ton "intronisation" !

  Laisser un commentaire