Bien vivre avec moins d’argent

Mon porte monnaie
Mon porte monnaie

J'ai obtenu un taux d'activité professionnelle réduit à 60% depuis le 1er septembre, youhouhou ! Et je reçois également la déduction salariale en conséquence, bouhouhou 🙁 Comment concilier petit salaire avec confort et petits plaisirs ? Je propose dans cet article de passer en revue les différents aspects et dépenses de la vie quotidienne et de partager ma façon de faire. L'objectif principal est donc bien de conserver un même niveau de vie (voire de l'améliorer) alors qu'on a moins d'argent à disposition.

Etablir un budget

Pour commencer, voici un outil que j'ai découvert il y a peu : un tableau permettant l'établissement de son budget mensuel moyen édité par l'association Dettes Conseils Suisse. Bien sûr, c'est barbant de sortir tous ses papiers pour remplir le tableau... la preuve : je procrastine depuis plusieurs mois déjà. Mais je pense que c'est salutaire, même si on vit de manière saine sans dette et avec un peu d'épargne.

Payer ses factures et ses impôts

Cela peut paraître une évidence, mais payer ses factures à temps évite les rappels et donc les frais supplémentaires. Vous pouvez :

  • Faire des ordres de paiement permanents pour toutes les factures dont le montant ne change pas (par ordre de virement LSV). Pour la plupart des émissaires (par ex. vos divers assureurs), les variations doivent vous être communiquées par écrit, il n'y a donc pas de risque de vous faire avoir par une augmentation inopinée.
  • Faire des paiements par e-banking et utiliser paynet pour les factures à montant variable. Le e-banking permet d'agender ses paiements, et donc payer le plus tard possible tout en traitant ses factures au fur et à mesure de leur arrivée dans la boîte aux lettres. Paynet est un système permettant de visualiser en ligne sa facture puis de valider celle-ci dans l'e-banking. On reçoit un e-mail nous prévenant qu'une facture paynet est arrivée, il y a peu de risque d'oublier une e-facture, sauf si vous êtes d'une grande distraction comme moi.

Payer ses impôts en avance permet d'avoir un rendement sympa à 1% alors qu'un compte courant à la BCV est rénuméré à 0.10% par ex. : alors comme j'en ai la possibilité, je paie la totalité des impôts dès que possible. Les intérêts sont rajoutés à nos acomptes de l'année suivante.

Boire, manger, et (se) nettoyer

J'ai déjà parlé des mesures d'économie possibles pour l'alimentation, pour le ménage nous utilisons des produits à diluer soi-même, et pour les soins corporels, je me suis laissée convaincre par la savonnette de Monsieur21.

Pour les sorties au restaurant, nous avons une clef lausannoise : les restaurants adhérant à ce principe offrent le repas de l'accompagnant, on mange donc en gros pour moitié prix. Pour les repas de midi, je prends des restes du repas du soir précédent dans un tupperware.

Téléphoner

Sans fil

Quelques années auparavant, je suis passée au pré-paiement mobile m-budget (celui de coop mobile prix garantie est tout à fait similaire). Excepté que je ne peux pas utiliser les MMS (mais il n'y a que Beau-Papa21 qui m'envoie des MMS de toute façon) et que le chargement en ligne ne fonctionne pas (car j'ai voulu garder mon ancien numéro), je suis assez satisfaite : la couverture du réseau est celle de Swisscom, et les prix sont raisonnables (0.10.-/sms et 0.28.-/min en Suisse).

Notre téléphone à impulsion
Notre téléphone à impulsion

A chaque nouvelle conclusion de contrat avec abonnement et à chaque réabonnement, la plupart des fournisseurs vous offre un mobile gratuit (il suffit de le demander). J'ai profité du dernier changement d'opérateur de Monsieur21 pour remplacer mon téléphone qui arrivait à bout de course. Monsieur21, au bout de la durée contractuelle de 24 mois, pourra à nouveau en obtenir un tout beau tout neuf.

Avec fil

J'ai résilié mon abonnement Swisscom depuis plusieurs années déjà pour éviter de payer le "dernier kilomètre" à 25.- alors que je consommais pour 5.- de téléphone par mois...

Pour téléphoner pas cher, j'utilisais aussi Skype Out (1.7 ct€/min sur le réseau fixe, et 29.8 ct€/min sur les mobiles). Malheureusement mes correspondants ne m'entendaient pas toujours - une mauvaise configuration de mon ordinateur probablement, et je ne pouvais pas appeler des numéros 0900.

Finalement, nous avons acheté un téléphone IP (un des moins chers chez PCtop) et pris l'option pré-paiement chez sipcall.ch (0.028.-/min sur les fixes et 0.259.-/min sur les mobiles). Il est aussi possible d'acheter un boîtier et d'y brancher tout téléphone moderne (à fréquence donc). Je regrette de n'avoir pas trouvé de solution pour utiliser mon téléphone à impulsion, mais c'est Bébé21 qui profite de cette pièce d'antiquité ma foi.

S'assurer

Caisse maladie

Avec une santé assez bonne, je me permets de changer de caisse chaque année pour avoir les primes les moins chères. Dès la diffusion des nouvelles primes le mois prochain, je vais aller sur le comparatif de Bon à savoir (cela m'enlève le doute que des sites comparatifs comme Comparis puissent toucher plusieurs millions de francs suisses grâce les assureurs) et suivre la démarche proposée pour changer de caisse.

Je prends la franchise à 2500.- (en n'oubliant pas de mettre de côté cette somme pour payer les frais médicaux de ma poche), et le système Médecin de famille affilié au réseau de médecins agréés par la caisse qui donnent des conseils par téléphone à 30.- la première minute (ou quelque chose d'aussi rhédibitoire mais bon marché, et encore j'exagère à peine).

Assurance vol

Nous avons résilié notre assurance vol (ménage). N'ayant rien de précieux aux yeux de cambrioleurs (bijoux, lingots, argents liquides), cela nous économise plus de 300.-/an.

Se déplacer

J'ai tenté le tous-les-jours-à-vélo-au-boulot avec l'action Bike to work. Heureusement, cela n'a duré qu'un mois. Dans un monde idéal, le sport c'est sain, ça met de bonne humeur et ça détend. Dans mon quotidien, j'inspire les gaz d'échappement des pendulaires de 8h et 17h, je peste contre les automobilistes nerveux, et je prends ma douche en faisant semblant de ne pas avoir été gênée de passer devant les 20 informaticiens qui travaillent dans la salle adjacente à la salle de bain au bureau (j'entends le tapotement sur leur clavier en me douchant... alors inversément, ils doivent m'entendre me savonner). Donc, le vélo, OK mais à petite dose.

Alors je fais de temps en temps du co-voiturage avec un collègue (ou plutôt, c'est lui qui me ramène grâcieusement). A la bonne franquette et de manière flexible, contrairement à l'e-covoiturage pour lequel on s'engage envers quelqu'un pour des jours et des heures relativement fixes. En alternant avec les transports publics, c'est un bon compromis.

Monsieur21, lui, a trouvé la solution la plus économique : il travaille à 4 pas. C'est la distance entre notre chambre à coucher et son bureau à la maison.

Lire

J'avais l'habitude d'aller en librairie et de ne pas pouvoir en ressortir sans quelques livres sous le bras. Il y a peu, je redécouvre la bibliothèque municipale de Lausanne où j'accède à des milliers de bouquins gratuitement. En outre, contrairement aux livres que j'achète et qui prennent la poussière sur mon étagère des "à lire" à côté de ceux "à lire absolument car à rendre à l'ami(e) X", la date de retour du bouquin m'oblige à réellement lire ce que j'emprunte. Donc, depuis que je prends des ouvrages de la bibliothèque, je lis beaucoup plus.

Jouer avec les enfants

Comme Bébé21 est déjà très occupé à ses "premières" (premiers pas, premiers mots, premières dents), je n'ai pas encore investigué pour des jeux élaborés. Toutefois, je suis tombée par hasard sur un petit livre avec plein d'idées sympas "150 façons d'être une super maman" et cela m'a rappelé les activités ludiques et passionnantes quand j'étais petite comme : teindre en bleu les oeillets en mettant de l'encre dans le vase, ou faire ressortir le relief des pièces de monnaie avec une feuille de papier et des crayons. Comme quoi, avant d'investir dans une console de poche ou de flamber l'argent en tours de manège au Lunapark, il y a de quoi faire avec peu de moyens.

Acheter et vendre

Pour les meubles ou les non-consommables, je ne jure que par les occasions. Sauf l'électro-ménager peut-être. Et l'électronique. Pour ce dernier d'ailleurs, je n'ai jamais rien jeté : étonnamment, mon PC antédiluvien a trouvé preneur (plusieurs même !) en certains papa bricoleurs pour une seconde vie comme premier PC de la benjamine de la famille. Cette anecdote illustre le propos : ce que je n'utilise plus, je 1. vends, 2. donne, ou 3. jette (dans cet ordre-là).

Je procède souvent comme suit :

Trucs et astuces divers

D'un point de vue général, vivre de manière radine(*), écolo ou décroissante contribue à garder le même train de vie mais avec d'autres habitudes. Je dirai même qu'on vit mieux, car certaines choses n'ont pas de valeur marchande (développement personnel, qualité des relations, etc.) et demandent juste de la disponibilité et du temps.

(*) C'est sur un site comme radin.ch que j'ai découvert les lingettes lavables (exit les lingettes humides jetables qui coûtent la peau des fesses - c'est le cas de le dire) qu'on peut fabriquer en découpant de vieux t-shirts à l'humour au 31e degré que Monsieur21 a reçus. Je vous conseille notamment l'article sur ce sujet traité dans l'Hebdo (à propos des nouveaux radins, pas au sujet des t-shirts de Monsieur21...).

Madame21

Maman21, entrepreneure associative, citoyenne engagée, optimiste irréductible.

Commentaires

  • Certains de vos bons plans, je les appliques depuis longtemps. Surtout le changement de caisse maladie, que je pratique chaque année pour être affiliée à la moins chère (médecin de famille inclus). Mais pourquoi dire "avec une bonne santé, je me permets ....", bonne santé ou pas l'assurance de base doit être acceptée par une caisse maladie, sans aucune condition et sans avoir à remplir de questionnaire de santé !

    Cordialement

    (o_o)

  • Bienvenue Loredana, et merci pour cette remarque. Ce que j'ai voulu dire par là, c'est que je me fiche de la qualité des services de telle ou telle caisse maladie pour le peu de prestations que j'utilise, je n'ai donc aucune hésitation à changer de caisse.

    Par contre, mes parents qui avaient leur assurance de base depuis près de 30 ans à la même caisse et qui étaient très satisfaits de sa gestion appréhendaient beaucoup le changement : est-ce que la nouvelle caisse allait rembourser les factures rapidement ? comment allait se passer la gestion des factures alors que la complémentaire restait dans l'ancienne caisse maladie ? est-ce qu'ils ont le droit de garder leurs médecins usuels ? est-ce qu'ils pourront toujours prendre rendez-vous directement chez leur spécialiste du coeur, du dos, des poumons ou du petit orteil ?

    Bref, quand on a la soixantaine bien avancée et qu'on a eu un métier physiquement très éprouvant toute sa vie, on n'a pas la même approche de la question que si on a la trentaine fringante et un boulot de fonctionnaire... je comprends donc l'appréhension des personnes qui utilisent beaucoup leur assurance maladie.

    Un exemple de désagrément après le changement de caisse pour mes parents : ils doivent payer de leur poche les médicaments prescrits par le médecin, puis envoyer une copie de la facture pour remboursement. Avec leur ancienne caisse, leur pharmacien pouvait directement facturer la caisse maladie.

  Laisser un commentaire